Egypte: RSF demande la libération de Mahmoud Hussein dans les plus brefs délais

communiqué de presse

Après avoir annoncé la libération conditionnelle de Mahmoud Hussein Gomaa, la justice égyptienne est finalement revenue sur sa décision. Reporters sans frontières (RSF) condamne le maintien en détention du journaliste et demande l'abandon de toutes les charges qui pèsent contre lui.

Sa libération conditionnelle avait été officiellement décidée le 23 mai dernier, après plus de deux ans et demi de détention. Finalement Mahmoud Hussein restera en prison. Selon sa famille, qui s'attendait à le voir libéré à tout moment, le journaliste d'Al Jazeera a simplement été transféré de nouveau vers le même centre de détention, et il fait désormais l'objet d'une nouvelle enquête. Une fois de plus, il a fait l'objet d'un interrogatoire sans la présence d'un avocat. Sa fille, qui s'était préparée à sa sortie de prison, raconte avoir en vain tenté de lui rendre visite, mais elle n'a pas été autorisée à le voir.

"En plus d'être cruel, le maintien en détention de Mahmoud Hussein Gomaa ne repose sur aucun fondement, estime le bureau Moyen-Orient de Reporters sans frontières (RSF). Le fait de lui imputer de nouvelles charges et de le priver, une fois encore, d'un avocat renforce le caractère arbitraire de sa détention. RSF demande l'abandon de toutes les charges qui pèsent contre lui et sa libération dans les plus brefs délais."

L'Egypte occupe la 163e place sur un total de 180 pays au Classement 2019 de la liberté de la presse, établi par RSF.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RSF

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.