30 Mai 2019

Afrique du Nord: Intervenant lors d'une rencontre organisée par l'USFP à Salé

La démission surprise de Horst Kohler peut être lue comme l'indicateur d'un changement radical dans le traitement du dossier du Sahara. C'est ce qu'a souligné Moussaoui Ajlaoui, expert et spécialiste des affaires africaines lors d'une rencontre organisée samedi dernier par la commission préparatoire provinciale de l'USFP à Salé chapeautée par Said Bellout.

La semaine passée, l'ancien président allemand, Horst Kohler, avait jeté l'éponge et s'est retiré de son rôle d'émissaire de l'ONU pour le Sahara alléguant des raisons de santé.

Moussaoui Ajlaoui a considéré que cette démission constitue un grand tournant dans le dossier du Sahara quelles que soient les raisons de ladite démission, car Horst Kohler est un homme d'Etat qui a accumulé une grande expérience internationale et il s'est probablement rendu compte que les enjeux internationaux majeurs dans la région ne lui permettent pas de trouver une solution politique à ce conflit datant de la période de la guerre froide.

Cette démission a pris tout le monde de court, car, a affirmé cet expert associé à AMES-Center, ladite démission n'était pas à l'ordre du jour quand le secrétaire général de l'ONU avait présenté son rapport en avril dernier au Conseil de sécurité et quand ce dernier avait adopté la résolution 2468 fin avril dans laquelle il a renouvelé le mandat de la MINURSO jusqu'au 31 octobre 2019, en soulignant qu'il importe que les parties s'engagent de nouveau à faire avancer le processus politique dans la perspective de nouvelles négociations. Et l'on sait qu'à l'issue des pourparlers tenus sous l'égide de Horst Kohler en mars dernier, les parties concernées par le dossier du Sahara (Maroc, Algérie, Polisario et Mauritanie) se sont mises d'accord de tenir un troisième round au cours de cet été.

Que s'est-il passé pendant ce mois de mai pour que l'ancien émissaire renonce à sa mission ? Moussaoui Ajlaoui a avancé plusieurs hypothèses pour expliquer cet état de fait : soit que Horst Kohler s'est senti vraiment fatigué, surtout qu'il est obligé de se présenter devant le Conseil de sécurité tous les semestres pour le briefer sur les résultats de ses démarches visant à résoudre ce conflit régional, soit il s'est rendu compte qu'il est dans l'incapacité de trouver une solution politique pragmatique, réaliste et consensuelle à cette question et qu'il a choisi de démissionner de manière diplomatique.

Moussaoui Ajlaoui a également souligné que le choix d'un successeur à Horst Kohler ne sera pas une question facile. Il s'est même demandé si un diplomate américain ou même africain succèdera à Horst Kohler à ce poste ou s'il y aurait des tractations entre le Secrétaire général de l'ONU et l'administration américaine à ce sujet.

Par ailleurs, le chercheur marocain a mis l'accent sur les efforts louables consentis par la diplomatie marocaine pour la défense des positions du Royaume dans le dossier du Sahara à l'ONU, précisant qu'il faut s'armer d'arguments fondés sur le droit international pour défendre la cause nationale.

Il convient de noter que cette rencontre s'inscrit dans le cadre des activités à caractère culturel, politique et organisationnel dirigées par la commission préparatoire provinciale de l'USFP à Salé.

Maroc

Henri Michel - Un documentaire de Hafid Aboulahyane pour rendre hommage à l'Aixois

Natif de l'Aix en France, Henri Michel a construit sa réputation sur le continent africain. Sélectionneur… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.