31 Mai 2019

Seychelles: Sept femmes seychelloises vont participer à la deuxième édition du concours FemBioBiz

Sept femmes seychelloises participent à la deuxième édition du concours FemBioBiz. Produits de beauté, valeur ajoutée au bambou, produits à base d'algues et d'holothuries sont des idées qui ont été révélées lors de la réunion de présentation qui s'est tenue mercredi à l'Institut Guy Morel.

Maria Sullivan, une entrepreneure, et Stana Mousbe de l'Académie maritime des Seychelles ont été choisies comme gagnantes du premier tour.

«Il s'agit d'un projet Fembio visant à autonomiser les femmes. Oui, au final, il y a un élément de compétition mais pour moi, c'est ce parcours qui est le plus important », a déclaré la directrice générale de l'institut, Shella Mohideen.

Le programme d'accélération FemBioBiz a été créé pour développer les compétences en leadership, en technologie et en affaires dans les entreprises appartenant à des femmes au sein de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC).

Le programme crée une plate-forme d'apprentissage entre pairs et permettra aux femmes de diriger la santé et la nutrition par le biais de la science et de la technologie.

Transformer le concombre de mer et utiliser son extrait comme complément naturel est l'idée que Ms. Mousbe a présentée au groupe de quatre juges. "D'après mes recherches, l'holothurie a des propriétés antifongiques, antitumeuses et renforçantes du système immunitaire", a expliqué Ms. Mousbe, 17 ans, qui étudie actuellement les sciences halieutiques.

Stana Mousbe de l'Académie maritime des Seychelles a également été choisie comme gagnante du premier tour. (Jude Morel) Photo License: CC-BY

Ms. Mousbe a ajouté que le concombre de mer "réduit les maladies chroniques, peut stabiliser le taux de sucre dans le sang chez les diabétiques et contribuer à la perte de poids". La jeune étudiante a expliqué que le supplément pouvait être pris sous forme liquide car il pouvait facilement être mélangé à des boissons telles que du jus, du thé mais pas avec des produits alcoolisés.

Selon Ms. Mousbe, cette espèce présente en abondance dans les eaux de la nation insulaire est sous-utilisée car, à l'heure actuelle, elle est uniquement consommée comme nourriture.

Maria Sullivan est copropriétaire d'Exotic Scents et sa nouvelle gamme de produits utilise la noix de coco. Mme. Sullivan a déjà mis au point du savon et du beurre pour le corps à base de noix de coco - qui était autrefois, comme le coprah, l'épine dorsale de l'économie seychelloise.

«Il a été scientifiquement prouvé que l'huile de coco pressée à froid est un super aliment, elle est bonne pour de nombreuses maladies, notamment les maladies cardiaques, pour traiter les maladies des gencives et pour les cheveux», a expliqué Mme. Sullivan, qui a ajouté que l'extraction de l'huile sous pression froide conserve toutes les vertus de la noix de coco.

Mme. Sullivan a expliqué qu'à travers ses produits, elle utilise tous de la noix de coco afin de s'assurer que rien ne soit gaspillé.

Mme. Sullivan a déjà développé du savon de noix de coco.(File photo: Joe Laurence, Seychelles News Agency) Photo License: CC-BY

«Le savon que j'ai fabriqué utilise de l'huile de coco, du lait de coco, de la crème de coco et de l'eau de coco. J'ai broyé la noix de coco pour faire un exfoliant doux que j'ai mis dans le savon. Et la noix de coco que j'ai râpée pour obtenir du lait est également placée sur le savon », a expliqué Mme. Sullivan. L'entrepreneur a également mis au point un beurre corporel à l'huile de noix de coco.

Ms. Mousbe et Mme. Sullivan participeront, avec d'autres participants, au second tour prévu pour le mois de juillet. Ensuite, un gagnant sera sélectionné pour participer à l'événement régional en Afrique du Sud au mois de septembre. L'année dernière, l'entrepreneur Claudette Albert a remporté le concours local avec ses biscuits au manioc.

Peter Roselie, un consultant en affaires qui aide à préparer les participantes au concours régional, a déclaré que c'était une excellente occasion «d'inciter les jeunes femmes, même aux niveaux secondaire et postsecondaire, à réfléchir à l'entrepreneuriat. Et maintenant, nous avons différents programmes comme SeyCCat, la capitale des semences. Ils devraient puiser et développer leurs idées. Si nous voulons développer une culture d'entreprise, nous devrions commencer par les écoles. "

Seychelles

La coalition de l'opposition des Seychelles annonce leur processus de sélection des candidats à la présidentielle pour 2020

La principale coalition de l'opposition des Seychelles, Linyon Demokratik Seselwa (LDS), a annoncé au cours du… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Seychelles

Plus de: Seychelles News Agency

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.