Cameroun: Une centaine de manifestants de l'opposition dans le couloir de la mort

Photo: Wikimedia Commons
GMI de Douala (photo archive)

Hier soir, après une dure journée de travail, le collectif des avocats du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC, opposition) annonçait 354 arrestations.

Cependant le chiffre pourrait être revu à la hausse.

Car, nous apprenons que plusieurs manifestants arrêtés n'étaient pas du MRC. Il s'agissait donc d'un mouvement de colère au delà des appartenances.

Les manifestants arrêtés ont été éparpillés dans plusieurs endroits à Yaoundé et à Douala. Dans les commissariats les policiers signalent tous qu'ils ne sont pas là. En vérité le pouvoir de bandits cherche à éviter que nous puissions avoir les véritables chiffres des arrestations sauvages.

Il se trouve donc ce matin que près d'une centaine de jeunes camerounais sont actuellement détenus en secret. Sans que l'on ait la moindre trace de leur situation. Ils pourront être exécutés sans que personne ne le sache.

A cela s'ajoute les 354 personnes recensées par les avocats. On ne sera pas surpris d'atteindre le chiffre de 500 arrestations juste pour la journée du 1er juin 2019.

Entre temps, les manifestants sont affamés au Secrétariat d'Etat à la Défense (SED, centre de torture). Une atteinte grave aux droits de l'homme.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Africa Info

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.