3 Juin 2019

Maroc/Tunisie: Finale C1 CAF - EST/WAC un match honteux et wouya wouya à rejouer absolument

La finale retour de la Ligue des champions entre l'Espérance de Tunis (EST) et le Waday Athletic Club (WAC) du Maroc, le vendredi 31 mai 2019 au Stade de Radès en Tunisie a présenté un véritable spectacle suréaliste. Un spectacle jamais vu dans l'histoire du football africain.

Les faits : du jamais vu!

À la 61e min, El Karti qui croyait égaliser pour le club Marocain , après le but à la 41e min de Belaili( EST) a vu son but annulé par l'arbitre Gambien , Bakary Gassama pour un hors-jeu , sans avoir recours à la VAR. Face à ce refus d'avoir recours à la VAR, et après les incidents du match aller (1-1), les Marocains refusent de reprendre le match. Une requête qui n'aboutira pas car la VAR semblait ne pas fonctionner. Pendant 1h30, le WAC a refusé de reprendre la partie.

Ahmad impuissant sur le terrain, comme un va nu pied

Le président de la CAf, Ahmad Ahmad est monté au créneau pour la reprise. Il a échangé avec les dirigeants des deux clubs, puis avec le corps arbitral. Le Malgache n'y est pas arrivé . Difficile pour lui de convaincre les Marocains de reprendre le jeu suite à cet incident . Le président de la Caf est impuissant face à cette situation inhabituelle (son pouvoir n'a aucun effet). Après de chaudes empoignades verbales, Bakary Gassama a enfilé son survêtement pour sonner la fin du match. Allant plus loin, la Caf a entériné la victoire sur tapis vert, par ricochet le sacre de l'Espérance de Tunis.

Quid de l'assistance Vidéo

La VAR était-elle vraiment en panne ? A-t-elle été volontairement "débranchée" par certains organisateurs tunisiens comme certains veulent le croire ? Si l'on s'en tient au twitt du club tunisien, "la VAR était défectueuse depuis le début du match". Comment pour une finale aussi importante pour la promotion du football africain, le dispositif de la VAR tombe en panne sans que les responsables de la CAf ne prennent le bon soin d'en informer les clubs en lice ou même de la remettre rapidement en état ? Grave !

Des réactions indignées de partout : seuls les tunisiens s'accrochent à une victoire honteuse

Les joueurs du Wydad voulaient tout gâcher, nous avons donc dû rester calmes. Nous n'avons aucun impact sur elles, l'important c'est que nous soyons les champions", a déclaré Moine Chaabani, manager de l'Espérance, à BeIN SPORTS après le match.

« C'est plus qu'un massacre arbitral. C'est un scandale. Nous n'étions pas au courant du problème de la VAR au début de la rencontre. Nous avons égalisé mais l'arbitre a refusé le but. Il nous a informés que la VAR ne fonctionne plus. Le match a donc été interrompu. Après plusieurs minutes, l'arbitre nous a informés que le problème a été résolu et nous a demandé de reprendre le match. Nous lui avons dit de revenir sur l'action du but pour le valider. Il a dit qu'il ne peut pas revenir en arrière. La situation est restée tendue jusqu'à ce qu'il décide de siffler la fin du match et donner le titre aux Tunisiens. C'est injuste et nous ne comptons pas garder le silence. Nous allons saisir le TAS et la FIFA. C'est une honte pour la Confédération africaine de Football. Il s'agit d'un échec pour tout le football africain", a réagi Saïd Naciri, président du WAC à football365.fr.

" Ce qui vient de se passer entre L'EST et le WAC aura de graves conséquences sur le football africain. L'Afrique vit dans un monde isolé ", a commenté la légende du football égyptien El Hadary.

L'image du football en général et en particulier celle du football africain a été "salie"

L'affaire jette le trouble sur la gouvernance et la crédibilité de la CAF, à trois semaines du début de la Coupe d'Afrique des nations en Égypte. Elle fait suite à la plainte en cours du Comores contre la Caf, au TAS, au sujet de la qualification du Cameroun, qui devrait plutôt être sanctionné, pour n'avoir pas pu organiser la Can 2019.

Match à rejouer et démission de Ahmad

Plutôt que de valider ce sacre à polémique, la CAF se doit impérativement de décider de faire rejouer ce match, lorsque la question sera débattue le 4 juin 2019 au cours du comité exécutif d'urgence convoqué par le Président Ahmad Ahmad, à Paris. Dans le même élan, le Président doit proposer sa démission pour effacer la honte de tout un continent , et aussi le risque de discrédit général sur la pratique du football dans le monde ! D'autant plus que cela vient s'ajouter à la longue liste des déboires de l'administration Ahmad Ahmad. Des déboires qui fragilisent sa gouvernance.

Le Maroc victime du système Ahmad Ahmad qu'il a aidé a installé

Imaginons que c'est au Maroc que l'affaire avait profité ! Imaginons que c'est la Tunisie qui avait subi les décisions iniques de l'arbitre ! Les critiques de collusion et de magouilles auraient été plus fortes . Ici il s'agit sans doute d'une panne non intentionnelle de la vidéo, et d'une erreur peut-être intentionnelle de l'arbitre qui a appris qu'il avait été récusé par une partie du match qu'il officiait . De nos jours, le football ne peut plus se jouer , surtout lors des grands rendez-vous de ce genre, dans la vidéo ! Fut-il l'un des meilleurs arbitres du continent , Gassama n'a pas été dans son rôle ! Alors on pourrait rire et dire : c'est bien fait pour le Maroc et alliés , qui ont aidé à installer la Mafia Ahmad ! Une mafia qui divise le football africain et le pousse vers le bas depuis, deux ans ! Mais nous ne mangeons pas de ce pain ! Nous sommes pour la justice et les règles de fair play : c'est pour cela que nous plaidons pour que le match soit rejoué ! C'est là moindre des choses ! Ce ne sera pas une faveur au Maroc , mais justice rendue au football !

Maroc

BAD et Attijariwafa bank scellent un partenariat pour développer le commerce en Afrique

Accord de participation aux risques d'un montant de 100 millions d'euros au profit du groupe bancaire Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Intelligent d'Abidjan

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.