Sénégal: Ousmane Sonko sur le scandale soulevé par la BBC - «Nous allons réactiver tout cela... »

Aliou Sall a vigoureusement réfuté les accusations de corruption portées contre lui par la BBC, lors d’une conférence de presse, le 3 juin 2019.

Réagissant sur les ondes de la radio Sud Fm hier, lundi 3 juin, suite au scandale soulevé par la Bbc, le leader de Pastef/Les patriotes, Ousmane Sonko qui indique qu'il n'y a rien de nouveau dans cette affaire pour l'avoir déjà dit dans son livre, prévient tout de même qu'ils vont «réactiver» tous les dossiers impliquant les entreprises Bp, Timis Corporation et Cosmos. Il n'a pas manquer de s'offusquer contre les débats inutiles que soulèvent les sénégalais à la place de ceux qui impacteraient sur le futur des enfants.

Après la publication de son livre "Pétrole et gaz au Sénégal: chronique d'une spoliation" en 2017, revoilà Ousmane Sonko qui est d'attaque sur le pétrole et le gaz. Le leader du parti Pastef/Les patriotes ne compte pas laisser tranquilles les entreprises citées dans son livre. En effet, suite aux révélations faites par la Bbc sur une supposée malversation de 250.000 dollars qui impliquerait le frère du président, Aliou Sall et l'homme d'affaires Frank Timis, Ousmane Sonko compte dépoussiérer les dossiers déjà soulevés. Interrogé par Sud Fm, l'ex-inspecteur des Impôts et Domaines dira, tout en précisant «qu'il n'y a rien de nouveau sur cette affaire à part quelques détails», que lui et ses camarades vont «réactiver» tous les dossiers impliquant les entreprises citées dans le livre. A son avis, il s'agit de Cosmos, de Timis Corporation tout comme de Bp. Il informe, par ailleurs, qu'ils avaient écrit à Cosmos qui leur a envoyé «des réponses qui n'étaient pas satisfaisantes».

S'insurgeant contre le pacifisme des Sénégalais, le député Sonko dira que «voilà des cas concrets qui doivent interpeller tous les citoyens. Mais, malheureusement, dans ce pays, quand les vrais débats sont posés, les gens pensent que c'est politique alors que politiquement, qu'est-ce qu'on gagne à poser ces débats ?». Il pense qu'il y a un réel manque «d'éveil citoyen» dans le pays car, à son avis, «si des scandales de ce genre s'étaient passés dans d'autres pays, vous allez voir un million de personnes qui sortiraient pour exiger que la lumière soit faite, exiger des démissions et exiger que la justice se saisisse de cette question». Hélas, se désole-t-il, «au Sénégal, vous pouvez annoncer tout ce que vous voulez, malheureusement on en parle 2 ou 3 jours et puis ça retombe dans l'oubli et on nous parle à longueur de journée de politique, de conflits interreligieux, etc, alors que ce n'est pas ça, le débat». Et de poursuivre que «le débat, c'est ce qui va impacter le futur de nos enfants». Ousmane Sonko n'a pas manqué d'accuser que «ce sont ces enjeux-là qu'un groupe de 4 ou 5 personnes ont mal géré pour le compte du Sénégal et ça, ce n'est pas acceptable»

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Sénégal

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.