Angola: La Sonangol et United Shine signent un accord pour la raffinerie de Cabinda

Luanda — Un accord de partenariat pour la construction d'une raffinerie de pétrole brut à haute conversion dans la province de Cabinda a été signé mardi à Luanda par la Sonangol et United Shine.

Le choix de United Shine résulte d'un appel d'offres lancé par la Sonangol en 2017 pour la construction d'une raffinerie d'une capacité de traitement de 60 000 barils de pétrole par jour pour la production de dérivés comme le diesel, l'essence, et le full oïl et Jet A1.

La construction fait partie des priorités de la Sonangol et du Plan national de développement, dans le cadre de la stratégie du Gouvernement visant à réduire les coûts grâce à l'importation de produits dérivés.

L'accord a été paraphé en marge de la Conférence "Angola Pétrole et Gaz 2019" ouverte ce mardi, à Luanda par le Président de la République, João Lourenço.

Le forum, qui se tient du 4 au 6 de ce mois, a lieu au moment où de profondes réformes sont en cours dans le secteur du pétrole et du gaz, à compter de 2017, d'où le soutien de l'Exécutif à cette initiative d'Africa Oil & Power.

La conférence, qui réunit des acteurs clés de l'industrie pétrolière mondiale et des sociétés de conseil, ainsi que du marché pétrolier national et international, abordera les défis de l'exploration offshore et on shore.

Outre les responsables du secteur, plus de 800 délégués y participent, dont des membres des gouvernements des pays producteurs, des représentants d'institutions internationales et de grandes sociétés pétrolières, ainsi que des distributeurs mondiaux comme la Total, la Chevron, l'ExxonMobil, la BP, l'ENI et l'Equinor.

L'organisation s'attend à ce que l'événement soit "la plus grande convention d'investissement dans le secteur pétrolier et gazier du continent africain en 2019".

L'Angola est le deuxième producteur de pétrole de l'Afrique subsaharienne, avec une production moyenne de 1,49 million de barils / jour, derrière le Nigeria avec 1,7 million de barils.

L'Angola a connu une baisse naturelle de sa production ces dernières années en raison de la maturation des champs et du désinvestissement dans la recherche, la prospection et l'exploration.

Le pétrole et le gaz demeurent les principaux produits d'exportation et les principaux contribuables des recettes fiscales de l'État et l'un des financiers de l'économie. L'Exécutif a donc fait de la restructuration du secteur une priorité, avec l'approbation de la nouvelle législation, la restructuration de la Sonangol et la création de l'Agence nationale du pétrole et du gaz.

Avec les réformes initiées par le président João Lourenço, le secteur s'est davantage ouvert aux investissements étrangers et de nouvelles opportunités commerciales se créent. Pour relancer la production pétrolière dans le pays, quarante-neuf concessions pétrolières seront attribuées entre 2019 et 2025 pour l'exploration, la mise en valeur et la production d'hydrocarbures.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.