Afrique du Sud: Un proche du dissident rwandais assassiné ciblé à son tour

L'homme était un ami de Camir Nkurunziza, cet ancien garde du corps du président rwandais Paul Kagamé, devenu dissident politique, abattu le 30 mai au Cap dans des circonstances encore floues.

L'homme en question était un ami et collègue de travail de Camir Nkurunziza, ce dissident rwandais abattu le 30 mai alors qu'il vivait en exil en Afrique du Sud.

Mardi soir, au Cap, il est en route pour le domicile de ce dernier afin de présenter ses condoléances à sa veuve lorsqu'il est blessé à l'épaule par un tir alors qu'il se trouve dans son véhicule devant les grilles du domicile de la famille Nkurunziza. Il est aussitôt emmené à l'hôpital, ses jours ne sont pas en danger.

L'homme est citoyen burundais, et n'a a priori aucun lien avec les activités politiques de Camir Nkurunziza. Mais selon l'épouse de ce dernier, cette tentative d'assassinat devant son domicile n'est pas un hasard. Pour Annet Kabasindi, il s'agit très clairement d'une menace et tentative d'intimidation. Ceux qui ont tué mon mari dit-elle, veulent nous faire taire. C'est un avertissement à ceux qui viennent présenter leurs condoléances, ajoute-t-elle.

Les obsèques du dissident rwandais doivent avoir lieu ce vendredi dans la ville du Cap.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.