Afrique Centrale: Sciences - Lyse Mavoungou s'engage dans la lutte contre les maladies tropicales négligées

Doctorante évoluant à l'Institut national de recherche en sciences exactes et naturelles (Irsen), la chercheure a obtenu une bourse de doctorat dans le cadre du projet « Lutte contre les maladies tropicales négligées en Afrique centrale ». Ce qui fait d'elle la première Congolaise en la spécialité.

Les maladies tropicales négligées (MTN) comme la lèpre, la rage, la trypanosomiase humaine, l'ulcère de buruli, la maladie du sommeil sont fréquentes au sein de la population à faible revenu dans les régions en développement, notamment l'Afrique. Au Congo, les MTN constituent un véritable problème de santé publique. Selon les données du ministère de la Santé et de la population, en 2018, le Congo a traité 548 687 personnes contre l'onchocercose, 275 330 contre la filariose-lymphatique, 896 567 enfants de 5 à 14 ans contre les géo-helminthiases et 79 573 enfants contre la schistosomiase.

« Il est utile que les chercheurs mettent la main à la pâte pour aider le pays à trouver des solutions afin de relever les défis qui se présentent face aux maladies tropicales négligées qui aggravent le taux de mortalité et ralentissent le développement », a fait savoir Lyse Mavoungou, soulignant l'importance des travaux de recherche qui se font notamment à l'Irsen pour aider à éradiquer les MTN.

Au niveau de la sous-région d'Afrique centrale, le projet de lutte contre les maladies tropicales négligées reconnaît la qualité de la recherche effectuée au Congo pour cette cause. Ainsi, l'Organisation de coordination pour la lutte contre les endémies en Afrique centrale (Oceac) a octroyé une bourse de doctorat à la chercheure, dans le cadre de la deuxième composante du projet MTN dans la sous-région. La coopération financière entre la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale et le ministère de la Coopération économique et du développement de la République d'Allemagne, à travers la Banque allemande de développement, ont apporté un appui dans ce sens. L'Institut tropical et de santé publique suisse, quant à lui, intervient en consultant technique et soutient l'Oceac dans la mise en œuvre du projet MTN.

Les recherches menées par Lyse Mavoungou portent sur la « Biographie des serpents venimeux et épidémiologie des envenimations au Congo », « La répartition géographique des serpents venimeux et les envenimations en République du Congo ». La chercheure en sciences biologiques à la Faculté des sciences et techniques de l'Université Marien-Ngouabi évolue au sein de l'Unité de recherche sur les ressources herpétologiques de l'Irsen.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.