Cote d'Ivoire: Coopération judiciaire - Duncan salue le projet de création de l'Agence africaine des magistrats de liaison

Le vice-Président de Côte d'Ivoire, Daniel Kablan Duncan, a présidé la cérémonie d'ouverture de la Conférence régionale Afrique de l'Association internationale des femmes juges ce mardi 4 juin, au Sofitel Abidjan Hôtel Ivoire.

« Je note que l'attente principale de l'Afemci s'inscrit dans la vision de coopération régionale qui vient d'être exprimée, à savoir un projet de création de l'Agence africaine des magistrats de liaison, qui permettra de faciliter la coopération et l'entraide judiciaire entre les pays de la Région africaine », a encouragé hier le Vice-président de la Côte d'Ivoire, Daniel Kablan Duncan.

C'était à la faveur de la tenue de la Conférence régionale Afrique de l'Association internationale des femmes juges ce mardi, au Sofitel Abidjan hôtel ivoire, où le Vice-président ivoirien, en tant que représentant du chef de l'État ivoirien, a présidé la cérémonie d'ouverture de la rencontre.

Le thème retenu pour cet évènement qui a enregistré la présence de seize délégations internationales (Afrique de l'Ouest, Centre... ) est : L'entraide, la coopération judiciaire et la solidarité entre les femmes juges pour la mise en œuvre des normes juridiques ». C'est la première fois qu'elle est organisée dans un pays francophone. Et cela, grâce au leadership de l'Association des femmes magistrats de Côte d'Ivoire (Afemci), affiliée à l'Association internationale des femmes juges.

Insistant sur l'intérêt du thème, Kablan Duncan a estimé que « c'est une opportunité qui se présente pour les femmes juges de réfléchir aux mécanismes juridiques et judiciaires pouvant contribuer à réguler et à dynamiser ce vaste marché, surtout au moment où les États africains ont institué la Zone de libre-échange continentale africaine (Zleca) ». Il a aussi précisé que cet engagement « est bien perçu par le Président Alassane Ouattara pour qui la justice représente la clé de voûte pour une justice sociale ».

Poursuivant, le Vice- Président Duncan, a dit : « La coopération et l'entraide judiciaires se réalisent conformément aux dispositions des instruments internationaux propres au domaine juridique concerné. Leur nécessité n'est plus à démontrer et leur efficacité repose sur la compétence de tous les magistrats ».

Cependant, Kablan Duncan a fait remarquer qu'il importe de reconnaître qu'à côté de la grande rigueur dont elles font preuve, les femmes sont dotées d'une sensibilité qui facilite les réponses apportées aux problèmes les plus délicats.

Une spécificité, à l'en croire, qui doit permettre aux femmes « à relever les nombreux défis auxquels notre continent doit faire face. Plus spécifiquement, les femmes magistrats doivent pouvoir contribuer à aider nos États à intégrer complétement les systèmes mondiaux partageant les bonnes pratiques juridiques, et leur permettre ainsi d'entrer dans la catégorie des pays dits « coopératifs ».

Pour l'invitée spéciale de la rencontre, Anna Ruiz, présidente de l'Iawj (International association of women judges) cette rencontre est une occasion de « renouveler notre engagement en faveur d'une justice plus transparente. Car, l'indépendance est un état d'esprit qui se développe par habitude, c'est-à la fois individuel et collectif. Et le juge étant un être humain peut parfois avoir sa propre opinion, mais c'est en la partageant que nous pouvons être de meilleurs juges et administrer avec fidélité », a-t-elle relevé.

Quant à Suzanne Haddad N'Guessan-Zékré, présidente du conseil d'administration de l'Afemci, elle a souligné que « cette rencontre montre la mobilisation des femmes magistrat pour la consolidation du droit. Elle vise à montrer l'engagement des membres de l'Afemci, à accroître le leadership des femmes à de donner une meilleure image des magistrats qui la compose ».

La rencontre a enregistré la présence du ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Sansan Kambilé, et de Euphrasie Yao, conseillère du président de la République chargée du genre.

Créée depuis 2016, l'Association des femmes magistrats de Côte d'Ivoire (Afemci) évolue dans un cadre de rencontre, de travail et d'amitié. Son objectif principal est de faire la promotion d'un leadership féminin au sein de la magistrature. Mais aussi d'amener la jeune fille à s'intéresser au droit et à faire également la promotion du droit.

Isabelle Somian

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.