Soudan: Des divisions apparaissent au sommet de l'État

Au Soudan, la situation reste toujours tendue après le massacre de lundi contre les civils perpétré principalement par les Forces de soutien rapides, une milice paramilitaire contrôlée par Hemeti, le numéro deux de la junte. Le chef du Conseil militaire, Abdel Fatah al-Burhan a présenté des excuses et serait prêt à rouvrir les négociations. Hemeti lui reste droit dans ses bottes.

Dans les rues de Khartoum, ce sont les Forces de soutien rapide qui ont le pouvoir. La milice paramilitaire, connue pour sa brutalité et principal auteur du massacre de lundi, a déployé ses hommes, ses pickups et ses mitrailleuses dans de nombreux quartiers de la capitale.

Preuve de sa force, selon différentes sources, les FSR, dirigées par Hemeti, le numéro 2 de la junte, avaient même neutralisé voire désarmé une partie de l'armée régulière avant d'attaquer le sit-in. Autant la milice est honnie et crainte par les habitants, autant les soldats de base sont relativement appréciés, car ils n'auraient quasiment pas participé à la répression lorsqu'Omar el-Béchir était encore à la présidence et que son pouvoir vacillait.

Il n'empêche que du point de vue politique, la situation est moins claire. Selon le chercheur Rashid Abdi, le Conseil militaire serait divisé depuis l'attaque du sit-in et une partie de ses membres souhaiteraient qu'Hemeti se retire. Le chef des RSF aurait refusé et même menacé les autres officiers. « Ça laisse craindre de graves violences », commente Rashid Abdi.

Le risque d'un nouveau coup d'État

Plusieurs spécialistes vont plus loin dans le scénario et confirment les divisions au sein des forces armées, qui pourraient aller jusqu'à une rupture catastrophique. « Le massacre de lundi pourrait entraîner un nouveau coup d'État, peut-être par des officiers plus jeunes. Et si cette action échoue, on risque la guerre civile », indique Jean-Baptiste Galopin. Selon lui, le processus politique est mort et le Conseil militaire ne peut diriger le pays que par la peur. Seule une démission de CMT pourrait sortir le pays de la crise, dit-il.

Mais pour trouver une issue, tous les experts l'assurent, la communauté internationale doit peser de tout son poids. Or les réactions des Européens ou des Américains sont jugées beaucoup trop timides. Quant à l'Arabie saoudite, aux Émirats et à l'Égypte, ils n'ont pas retiré leur soutien aux putschistes.

■ L'Union africaine suspend le Soudan jusqu'à l'installation d'une autorité civile

C'est désormais la mise en place d'une autorité civile de transition qui conduira le Soudan à ne plus être suspendu de l'ensemble des activités liées à l'organisation. C'est l'ambassadeur de Sierra Leone, à Addis-Abeba et auprès de l'Union africaine, qui a donné une conférence de presse ce jeudi, en rappelant les décisions qui avaient été prises, notamment à Tunis le 30 avril dernier quand le Conseil de paix et sécurité de l'Union africaine avait donné jusqu'à soixante jours au Conseil militaire de transition pour remettre le pouvoir aux civils.

Pour l'ambassadeur de Sierra Leona, qui préside le Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine pour ce mois de juin, « nous n'avons jamais dit que nous donnions soixante jours. Nous avons dit que nous donnons jusqu'à soixante jours et que donc, dans ces soixante jours, nous pouvons réintervenir, si les choses ne se passaient pas selon notre volonté. » C'est donc le cas avec cette réunion qui a pris plus de cinq heures, mais qui a permis d'avoir une décision unanime.

Le Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine demande donc, sans aucun délai supplémentaire « de rendre le pouvoir à cette autorité civile de transition, sous peine de sanctions ». Lesquelles ? L'ambassadeur de Sierra Leone ne s'est pas avancé, mais un officiel de l'Union africaine confie en off qu'il s'agissait de sanctions classiques dans ce type de situation : gel des avoirs, par exemple, ou interdiction de voyager.

Le Conseil de Paix et de sécurité demande également à la Commission sur les droits humains de faire des propositions concrètes pour une enquête impartiale sur les violences de ce lundi.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.