5 Juin 2019

Algérie: France - 45.000 étrangers, dont 3.640 Algériens, en rétention administrative en 2018

Paris — L'année 2018 a été marquée par l'enfermement en France de 45.000 personnes étrangères, dont 3.640 Algériens, y compris les plus vulnérables, en centres de rétention administrative (CRA), a indiqué un rapport élaboré par plusieurs associations.

Chacune de ces personnes est entrée dans un centre de rétention entre le 1er janvier 2018 et le 31 décembre 2018, pour n'en ressortir qu'à quarante-cinq jours plus tard, libre, assignée à résidence, hospitalisée ou éloignée de force, précise le rapport, soulignant qu'à compter du 1er janvier 2019, cette privation de liberté pourra durer jusqu'à 90 jours, en raison d'une nouvelle loi.

Les ressortissants des principales nationalités enfermées en rétention ont parfois de fortes attaches avec la France, indique-t-on, comme les anciens mineurs pris en charge par l'aide sociale à l'enfance, les conjoints de Français ou parents d'enfants français, les anciens étudiants, les personnes avec de nombreuses attaches familiales en France ou les personnes en France depuis de nombreuses années.

Lire aussi : France : 1525 Algériens en situation irrégulière ont été expulsés en 2018

Le gouvernement a décidé, rappelle-t-on, d'accroître la capacité de ces lieux de "privation de liberté" avec 480 places supplémentaires en métropole, en adoptant par ailleurs la loi du 10 septembre 2018 qui a instauré au 1er janvier 2019 le doublement de la durée maximale de rétention, passée de 45 à 90 jours.

"Aucun gouvernement français n'avait jusque-là proposé une telle durée de privation de liberté pour tenter d'éloigner des personnes estrangères", ont relevé les associations, dont France terre d'asile, SOS Solidarités et la CIMADE qui est une association de solidarité active et de soutien politique aux migrants, aux réfugiés et aux déplacés, aux demandeurs d'asile et aux étrangers en situation irrégulière.

Ces associations avaient, pourtant, souligné le caractère "manifestement disproportionné" du doublement de la durée à 90 jours qui accroit, selon elles, les souffrances des personnes concernées, au regard d'un nombre d'expulsions supplémentaires marginal.

Pour rappel, le Défenseur des droits et le Contrôleur général des lieux de privation de liberté à rendre des avis très critiques concernant l'enfermement des enfants, et à constater de "graves manquements" dans la prise en charge sanitaire des personnes placées en rétention.

Les auteurs du rapport appellent le gouvernement français de cesser le recours "prioritaire" à l'enfermement dans la politique d'éloignement des personnes étrangères et la violation des droits qui s'attachent à la privation de liberté.

Algérie

Des représentants de l'opposition et de la société civile se concertent à Addis-Abeba

Une coalition de représentants de l'opposition soudanaise et de la société civile se sont… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.