Afrique: BAD - L'intégration régionale au cœur des cinquante-quatrièmes assemblées annuelles de Malabo

La capitale de la République de Guinée équatoriale abritera, du 11 au 14 juin, les assises annuelles de la Banque africaine de développement (BAD) couplées à la quarante-cinquième Assemblée annuelle du Conseil des gouverneurs du Fonds africain de développement.

Axées cette année autour des questions portant sur le développement de l'Afrique, les assemblées de la BAD constituent l'un des événements le plus important pour cette institution financière continentale, au regard du nombre des délégués qui y prendront part.

Pour cette année, tout comme lors des précédentes assemblées, quelque trois mille délégués, au nombre desquels des ministres africains de l'Economie, des Finances et du Plan, des décideurs politiques, des acteurs du secteur privé, de la société civile, des groupes de réflexion, des représentants du monde universitaire, ainsi que les médias débattront des thématiques diverses et variées sur les préoccupations de l'heure.

Il s'agit, entre autres, de réfléchir sur le renforcement de l'intégration économique du continent, un sujet d'actualité pour l'Union africaine depuis la signature, par plusieurs Etats, de l'accord sur la mise en œuvre de la zone de libre-échange continentale.

Lors de ces assisses, il est également prévu des discussions de haut niveau sur les problématiques du genre : "Comment les infrastructures régionales peuvent-elles redynamiser la croissance et la création d'emplois ? " et "Comment intégrer les agriculteurs africains dans les chaînes de valeur régionales et mondiales ? "

En effet, forts du potentiel humain de l'Afrique (peuplée d'un milliard d'habitants), les gouvernements des pays africains ainsi que les communautés économiques régionales présents à ces assemblées devront réfléchir sur la nécessité d'intensifier leurs efforts afin de faciliter la libre circulation des biens, des services et des personnes ainsi que le commerce transfrontalier.

Car, selon les statistiques de la BAD, l'Afrique génère un produit intérieur brut global de plus de 3 400 milliards de dollars américains, un marché capable d'engranger de formidables opportunités pour les entreprises du continent.

Résoudre le déficit énergétique du continent

Avec comme thème principal « L'intégration régionale pour la prospérité économique de l'Afrique », l'un des cinq domaines d'intervention prioritaires de la Banque, les assemblées annuelles de Malabo seront aussi l'occasion du lancement du Fonds d'inclusion financière numérique pour l'Afrique. Elles permettront, en outre, de nouer des partenariats porteurs de transformation en vue de résoudre le déficit énergétique de l'Afrique par le biais d'initiatives régionales.

Principal bailleur de fonds du continent en matière d'infrastructures, la Banque se concentre ainsi sur la connectivité régionale, non seulement en investissant dans des infrastructures telles que routes, lignes de transmission électrique, pipelines et réseaux de communication, mais également en élaborant et en appliquant des politiques cohérentes à même d'ouvrir les frontières.

C'est, d'ailleurs, dans ce contexte que se situe le projet pont route-rail reliant Brazzaville et Kinshasa, deux capitales les plus proches du monde. D'un montant global de cinq cent cinquante millions de dollars financé à hauteur de deux cent dix millions de dollars par la BAD, ce projet dont le début des travaux est envisagé en août 2020 contribuera à faciliter les échanges entre les peuples de ces deux pays tout en renforçant l'intégration de la sous-région d'Afrique centrale.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.