Congo-Kinshasa: Une finaliste de l'IFASIC meurt électrocutée dans une église

Dorcas Ipani, une étudiante en deuxième année de licence, section Journalisme, option Politique extérieure, à l'Institut facultaire des sciences de l'information et de la communication (IFASIC), est décédée, le lundi 3 juin dans la soirée au cours d'une séance de répétition, à l'église The Way (Le Chemin) à Yolo dans la commune de Kalamu.

Agée de 23 ans, la jeune chantre, leader d'un groupe musical préparait un concert pour le weekend prochain. Elle a été l'électrocutée par le câble d'un micro mal connecté, qui a causé sa mort.

En effet, pour cette aînée de famille, le jour de son décès, elle était au bureau de son directeur de mémoire, le professeur Henri Kokolo, pour la correction de son deuxième chapitre. Dans la journée, quelques heures avant son décès, Dorcas Ipani partagé à ses collègues de classe qu'elle tenait à défendre en juillet prochain pour honorer ses parents. Assidue, elle devait diriger le mardi 4 juin, un conseil de rédaction au studio école de l'Ifasic pour le compte de son stage académique.

Morte électrocutée

« C'est en pleine séance de répétition à l'église que la jeune étudiante chantre va trouver la mort », nous relate M. Jessy, beau-frère de la victime et témoin de l'évènement. « Je m'étonne, poursuit-il, de voir qu'un incident, apparemment négligeable, puisse emporter ma belle-sœur ». Expliquant ce qui s'est passé, il raconte : « Quand Dorcas a pris le micro pour chanter, je l'ai subitement entendue crier mon nom. Lorsque je me suis retourné, elle était inerte par terre. J'ai d'abord pris cela pour une blague. Et quand j'ai vu qu'elle ne réagissait pas, nous l'avons rapidement conduit à la polyclinique la plus proche. Et après quelques minutes d'attente, le médecin nous a confirmé qu'elle était morte ».

Inconsolable, la mère de Dorcas voit ses espoirs s'envoler car, en dehors de la défense de son mémoire, la sa fille était fiancée et comptait se marier religieusement avant la fin de l'année 2019 ; et tous les préparatifs étaient au point pour le grand jour.

Comme l'a dit Victor Hugo, « la beauté de la mort, c'est la présence inexprimable des amies aimées souriantes à nos yeux en larmes. L'être pleuré est disparu et non parti. Les morts sont invisibles mais ils ne sont pas absents ». Ainsi, l'Ifasic se joint à la famille biologique de la disparue pour pérenniser son éphémère et influent passage sur la terre.

À signaler que Thabitha Dorcas Ipani venait d'être pré-dotée au mois de mai, et tout était fin prêt pour les préparatifs de la dot. Il ne restait que la célébration des mariages civil et religieux.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.