Congo-Kinshasa: Assemblée provinciale de Kinshasa - Cri de détresse de Marie Mutinga Kyet en faveur de la population de N'Sele

La population de Mangengenge, un quartier de la commune de N'Sele, vit dans le désarroi, à la suite des actes de barbarie perpétrés par un officier supérieur de la Police nationale congolaise. C'est le cri de détresse lancé, jeudi, par l'honorable Marie Mutinga Kyet devant l'Assemblée provinciale de Kinshasa.

Au cours de la plénière du jeudi 6 juin, dirigée par le président de l'organe délibérant de la ville de Kinshasa, Godefroid Mpoyi Kadima, la députée Marie Mutinga Kyet, également rapporteur adjoint de l'Assemblée provinciale, a, au nom de la population de la commune urbano-rurale de la N'Sele, sa circonscription électorale, transmis son cri de détresse suite au comportement incivique et aux menaces incessantes qu'un certain général de la Police nationale congolaise, non autrement identifié, continue à exercer sur la population paisible du quartier Mangengenge de la N'Sele.

« Ce général s'emploie à expulser illégalement ces paisibles citoyens de leurs parcelles et se met à construire impunément sur la voie publique, au croisement des avenues Mboyo et Ngafura », a relaté la députée Mutinga Kyet Marie. Et d'ajouter : « Le cri de détresse de la population de la N'Sele fait également suite à l'inquiétante ampleur que prennent plusieurs têtes d'érosions dans cette partie de la ville, notamment dans les quartiers Mikonga/Efobank, Mpasa/Maba, Kinkole/Lingundu, Badara/Mangongele, etc. »

« Il y a péril en la demeure », a-t-elle prévenu, avant de relever que ces érosions font partie de l'environnement qui traumatise la population chaque fois qu'une pluie s'annonce à l'horizon.

« Les dernières pluies qui se sont abattues à Kinshasa ont causé des pertes en vies humaines, des familles déplacées et disloquées dans certains cas », a rappelé la députée Mutinga Kyet Marie pour qui, cette situation inquiète sa base qui, par conséquent, l'a chargée de s'adresser aux députés provinciaux. Cela pour solliciter, en leur qualité d'élus de la ville de Kinshasa, leur intervention urgente auprès de l'Exécutif provincial de Kinshasa pour qu'il inclue, lors de la présentation de son programme d'action, cette préoccupation prioritaire pour la commune de la N'Sele.

Le règlement administratif de l'organe délibérant en arbitrage

L'Assemblée provinciale de Kinshasa a également levé l'option d'envoyer à la commission PAJ (Politique, administratif et judiciaire) pour examen, le texte du projet de règlement administratif de l'organe délibérant.

Un délai de trois jours a été accordé à la commission PAJ pour terminer ses travaux. L'organe délibérant va ensuite examiner le texte en attendant son adoption.

« Si nous voulons confier d'abord le travail à la commission PAJ, il faut lui accorder un délai drastique. Il faudrait aussi que cette commission s'engage à produire un travail de qualité », avait suggéré, avant la levée de l'option par la plénière, le président de l'Assemblée provinciale de Kinshasa aux députés provinciaux.

Avant l'examen des points inscrits à l'ordre du jour de cette séance, plusieurs motions ont été soulevées par les élus de la ville de Kinshasa, dont celle d'information de la députée provinciale Mutinga Kyet Marie.

Autres préoccupations urgentes soulevées par la députées Mutinga Kyet Marie : l'assainissement des quartiers Terre Jaune, Mikonga/Efobank, Bibwa, Camp PM, Badara/Mangongele, Kinkole/Pêcheurs, Mwenge, dont l'accessibilité est rendue impossible par la stagnation des eaux boueuses et aggravées par l'absence de caniveaux.

« La commune de la N'Sele présente un tableau sombre des questions d'insalubrité publique, de pénurie d'eau potable et de fourniture adéquate d'énergie électrique », a indiqué Mutinga Kyet Marie. Et d'ajouter : « Certes, on me dira que ces problèmes sont communs à toute la ville de Kinshasa, mais je me dois d'affirmer qu'ils se posent avec plus d'acuité dans la commune de la N'Sele et m'interpelle au plus haut degré en ma qualité d'élue de cette circonscription ». Aussi, suggère-t-elle la mise sur pied d'une commission parlementaire ad hoc pour faire l'état des lieux des questions soulevées et de proposer les pistes de solutions à l'Assemblée provinciale de Kinshasa.

Une motion incidentielle a été soulevée, faisant état d'un dossier déposé au bureau de l'assemblée provinciale de Kinshasa, dont l'auteur est exclu de l'organe délibérant par ses membres. Il s'agit d'une question orale avec débat adressée par le député provincial Mike Mukebayi au ministre provincial des Transports. La question avait été gelée au motif que son auteur se rendait à Lubumbashi pour des raisons politiques.

À son retour à Kinshasa, Mike Mukebayi n'en a plus parlé. Le secrétaire provincial de l'organe délibérant et l'auteur de la motion de la question orale avec débat ont fixé de commun accord la date du 5 juin 2019 pour que cette question soit débattue en plénière. Le 3 juin, le ministre provincial a réagi, sollicitant le report d'une semaine. Motif : il n'a que trois mois de fonction.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.