Burkina Faso: Rasmane Sawadogo, député CDP à propos de sa démission du SEN - « Le nœud du problème, c'est que je soutiens la candidature de Kadré Désiré Ouédraogo »

L'honorable député Rasmané Daniel Sawadogo était face aux médias dans son fief à Kaya, le 4 juin dernier. Objectif : échanger avec les journalistes sur les motivations de sa démission du secrétariat exécutif national du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP). « Je soutiendrai la candidature de Kadré Désiré Ouédraogo (KDO) sans détour » ; voilà ce qu'il a notamment déclaré devant les médias.

L'information est déjà connue de tous, le député Rasmané Daniel Sawadogo et trois de ses camarades ont démissionné du Secrétariat exécutif national (SEN) du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP). Rasmané Daniel Sawadogo, élu dans la province du Sanmatenga, par ailleurs désormais ex-secrétaire chargé des organisations des travailleurs, du patronat et du dialogue social, était face aux Hommes de médias le mardi 4 juin 2019 au siège provincial du CDP à Kaya, pour donner les raisons de sa démission. « La raison de ma démission est différente des autres militants qui ont démissionné de leurs postes», a tenu d'abord à préciser l'honorable Sawadogo. Et de poursuivre : « les choses ont commencé à se tramer depuis 2015 où j'ai été désigné SG provincial du parti à Kaya. A l'issue du congrès, j'ai été retenu au bureau du SEN. Il y avait la polémique à Kaya. Les militants avaient, en son temps, dit qu'ils sont d'accord pour que j'occupe les deux postes : celui au SEN et celui de SG provincial du parti à Kaya. Ils ont refusé que je laisse le poste de SG à Kaya. J'ai donc cumulé les deux postes sans souci.

A un certain moment, au Bureau politique national (BPN), avec l'arrivée, à la tête du parti, de Eddie Komboïgo, ils ont changé les textes pour dire qu'on ne peut pas occuper les deux postes : soit on est SG, soit on est au SEN. Finalement, avec les problèmes que le CDP vivait, tous ont accepté que je cumule les postes». De ce que l'on a retenu de la suite des déclarations de l'élu, après l'insurrection populaire, le CDP a connu d'énormes difficultés et les militants avaient suggéré la candidature de Kadré Désiré Ouédraogo qui, dit-on, pouvait redresser le bateau qui chavirait. Problème : Eddie Komboïgo aurait refusé cette perspective et s'est proposé candidat. «Les résultats n'ont pas été à la hauteur des attentes du parti, puisque le CDP n'a pas eu le pouvoir en 2015», a fait constater le député Sawadogo.

Le député Rasmané Daniel Sawadogo, dans sa déclaration face à la presse à Kaya, a souligné que grâce à beaucoup de militants dont lui, Eddie Komboïgo a été désigné président du parti. Mais, a-t-il expliqué, « Eddie a modifié les choses en sa faveur » ; malgré tout, les gens ont travaillé. « Voilà pourquoi le parti a obtenu 18 députés à l'Assemblée nationale. Nous avons accepté qu'il assume la fonction de président du parti », a-t-il soutenu. D'après l'honorable, la pomme de discorde a commencé au cours d'une rencontre du parti où Eddie Komboïgo aurait déclaré que Kadré Désiré Ouédraogo (KDO) n'a jamais été un militant officiel du CDP et qu'il ne peut pas, de ce fait, être un candidat du parti. « Je l'ai contesté », a-t-il précisé. « Le nœud du problème, c'est que je soutiens la candidature de KDO», a-t-il ajouté.

L'élu a expliqué avoir reçu (avec d'autres camarades dont Léonce Koné et Boureima Badini) une convocation, le 1er avril 2019, portant sur la « motivation des camarades qui ont pris part à la cérémonie de déclaration de la candidature » de KDO à Bobo. Pour Rasmané Sawadogo, Eddie Komboïgo se sert de tous les moyens pour lui nuire dans sa province, le Sanmatenga. Il a prévenu qu'il ne cédera pas aux provocations. Plusieurs questions ont été soulevées par les journalistes, notamment son rapport et sa chance avec KDO, le rôle de Blaise Compaoré dans l'agitation que connaît le CDP, les perspectives de 2020. En conclusion, le député Rasmané Daniel Sawadogo a estimé que ce n'est pas le poste qu'il occupait qui importe. « C'est un choix clair d'accompagner un candidat potentiel qui peut changer les choses pour le Burkina Faso », a-t-il ajouté. Le député a promis d'organiser une conférence provinciale avec les militants de base à Kaya dans les jours à venir, pour leur expliquer la situation qui prévaut.

Madi OUEDRAOGO (Correspondant)

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Pays

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.