Afrique: José Luis Rodriguez Zapatero appelle l'UA et la BAD à s'investir davantage dans le digital

8 Juin 2019

L’ancien président du gouvernement espagnole estime que des institutions comme l’Union africaine (Ua) et la Banque africaine de développement (Bad) doivent s’investir davantage dans la promotion du digitale pour que le continent y tire le maximum de profit à la révolution technologique. José Luis Rodriguez Zapatero l’a fait savoir à l’ouverture officielle, ce samedi 8 juin à Tanger (Maroc), de la Conférence CyFy 2019 sur la technologie, l’innovation et la société.

(Envoyé spécial à Tanger, Maroc) – L’ancien chef du gouvernement d'Espagne est convaincu que le digital peut jouer un rôle essentiel dans le développement économique et social de l’Afrique.

C’est à cet effet que M. José Louis Rodriguez Zapatero qui s’exprimait à l’ouverture officielle, ce samedi 8 juin à Tanger, de l’édition 2019 de la Conférence Cyfy, appelle les institutions continentales comme la Banque africaines de développement (Bad) et l’Union africaine (Ua) à mettre des moyens pour la définition d’une offre digitale africaine.

Selon lui, il doit y avoir une dynamique d’ensemble pour mieux intégrer la technologie dans nos sociétés tout en préservant les acquis et en tirer le maximum de profits.

Pour M. Zapatero, l’Afrique à l’instar de la communauté internationale, doit se préparer à faire face à la révolution technologique pour ne pas subir ses méfaits.

Dans ce contexte, il juge important le nombre de défis à relever notamment avec l’intelligence artificielle, la robotique…

A son avis, cet ensemble d’actions permettra de définir le type de société que les pays veulent avoir à l'avenir, dans ce contexte de révolution technologique.

A cet effet, l’ancien chef du gouvernement espagnol juge primordiale la place de la régulation dans ce processus, afin d’éviter les dérives.

Dans cette même dynamique, M. Sunjoy Joshi, président et observateur d’une fondation  de recherche en Inde plaide pour le développement de solutions africaines face à la problématique du digital.

Le digital, une chance pour l’Afrique

Le ministre marocain en charge de l'Industrie, du commerce et de l'économie numérique, M. Moulay Hafid Elalamy, pour sa part, considère que « le digital est une chance exceptionnelle pour l’Afrique ».

A son avis, il permet de faire des sauts qualitatifs et aider le continent à se connecter à tous les niveaux.

M. Elalamy considère que « l’Afrique a sa place avec tout ce qu’elle compte comme ingénieurs partout dans le monde pour être partie prenante dans cette dynamique ».

Il profite ainsi de cette opportunité pour prier les pays développés à ne pas appauvrir le continent en termes de technicité en incitant les ingénieurs africains à quitter l’Afrique.

Pour lui, le digital est une véritable opportunité qu’il faut gérer avec quelques difficultés.

Ce qui fait dire à IIyas El-Omari, président de la région de Tanger qu’il y a beaucoup d’Africains qui travaillent à la Silicon Valley, aux Etats-Unis.

Pour lui, il faut approcher ces derniers pour permettre au continent de bien bénéficier de leur expertise.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: allAfrica

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.