7 Juin 2019

Cote d'Ivoire: Journée mondiale sans tabac - Le Pr Boko Alexandre invite les acteurs de la lutte à avoir d'ici 2030 une génération d'adultes sans tabac

Les élèves et leurs parents ainsi que les hommes politiques exhorter à s'approprier la convention cadre de lutte contre le tabagisme.

« Le but que doit viser tous les acteurs de la lutter anti-tabac est d'avoir d'ici 2030, une génération d'adultes sans tabac », a indiqué ce vendredi 7 juin 2019, le Professeur Kouassi Boko Alexandre, président de l'Ong « Sauvons le poumon ».

Le Pr Kouassi Boko s'exprimait ainsi à l'occasion de la journée scientifique anti-tabac organisée, au Centre hospitalier universitaire (Chu) de Cocody, dans le cadre de la journée mondiale sans tabac placée sous le thème : « Tabac et santé pulmonaire ».

Président du comité d'organisation de cette journée scientifique, en collaboration avec la société ivoirienne de pneumophtisiologie, a exhorté les autorités politiques et administratives à créer un cadre propice à la lutte en adoptant les lois en rapport avec la Convention cadre de la lutte anti-tabac (Cclat). Pour lui, le thème de cette journée mondiale offre l'occasion de faire une revue de la littérature sur les pathologies respiratoire liées au tabagisme. « C'est l'occasion aussi pour nous scientifique d'échanger sur nos différents travaux sur le tabagisme. Nos travaux montrent que le tabagisme est une réalité en Côte d'Ivoire. Et qu'il y a des secteurs d'activité qui sont beaucoup plus touchés. Il ressort généralement que ceux qui sont peu éduqués et qui sont dans des conditions de vie modérée sont les plus touchés », a-t-il fait remarquer.

La consommation du tabac, très élevée en Côte d'Ivoire

Cette journée s'est articulée autour des thèmes liés aux pathologies pulmonaires et les infections. Poursuivant, il a soutenu quele tabac peut provoquer la tuberculose et la pneumonie. Avant d'ajouter : « Le tabac peut provoquer l'asthme et l'aggraver. En dehors des pathologies pulmonaires, il peut entrainer les maladies extra pulmonaires non transmissibles. Le tabac peut avoir des complications aussi bien chez la mère que l'enfant. Tous ceux qui sont exposés peuvent avoir des complications liées au tabac ».

Représentant le ministre de la Santé et de l'Hygiène publique, le Pr Soro Kountelé Gona, directeur de cabinet adjoint s'est appesanti sur l'ampleur du tabagisme en Côte d'Ivoire. « Les résultats publiés par l'enquête sur la consommation du tabac en Côte d'Ivoire sont très édifiants. La Côte d'Ivoire fait partie des pays où la consommation est très élevée », a-t-il soutenu. Même si la Côte d'Ivoire fait partie des pays intermédiaires en la matière, il a affirmé : « Lorsqu'on regarde dans le concert des pays africains, nous faisons partie des gros consommateurs de tabac ». Aussi a-t-il fait savoir que l'autre donnée qui est très importante, c'est la tranche des populations jeunes, notamment les élèves qui vont jusqu'à 19% de consommateurs.

19% des consommateurs sont des élèves...

A l'en croire donc, sur 100 élèves, dont l'âge est compris entre 13 et 15 ans, il y a environ 20 parmi eux qui fument déjà. « Cela interpelle quand on sait qu'au bout d'un certain temps de consommation de tabac l'usager est exposé au développement liée aux maladies du tabagisme, notamment les cancers de poumon. », a-t-il précisé. Aussi a-t-il invité élèves, parents d'élèves et hommes politiques, ainsi que les élus à s'approprier la convention cadre de lutte contre le tabagisme. « Que tous deviennent les ambassadeurs de ce combat partout où ils se trouveront », a-t-il exhorté.

Pour sa part, Dr Méité Djoussoufou directeur général du Chu de Cocody a indiqué que sur cette question de santé publique, son établissement est impliqué dans la sensibilisation. « C'est ce qui explique l'organisation de cette journée scientifique au sein de notre établissement avec la société ivoirienne de pneumophtisiologie et l'Ong « Sauvons le poumon. Ce sont des acteurs de première ligne dans cette lutte ».

Un Centre pour aider au sevrage

C'est le lieu de souligner que le Chu de Cocody dispose d'un centre de sevrage. Le Professeur agrégé Brou-Godé Constance Virginie pneumo-phtisiologie a souligné que ce Centre reçoit des patients (fumeurs) pour des consultations gratuites. Ces patients viennent donc pour qu'on leur offre une aide au sevrage. « Le sevrage tabagique consiste à aider les fumeurs à arrêter de fumer (... ) On leur révèle le danger du tabagisme. On évalue leur motivation et leur degré de dépendance. Lorsque la dépendance est forte, le malade malgré une bonne motivation n'arrêtera jamais de fumer de lui-même. En ce moment, il faut lui apporter un traitement qu'on appelle les substituts nicotinique », a-t-elle expliqué. Avant de préciser que les fréquentations sont autour de 10 à 15 malades par semaine.

Cote d'Ivoire

12e sommet d'affaires Etats Unis-Afrique au Mozambique

L'administration américaine et les gouvernements africains ont renouvelé leur détermination… Plus »

Copyright © 2019 Fratmat.info. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.