Maroc: Tenue à Rabat de la XXVIIème Assemblée régionale Afrique de l'APF

Le siège du Parlement abritera les 11 et 12 juin courant la 27ème Assemblée régionale Afrique de l'Assemblée parlementaire de la Francophonie.

A l'ordre du jour figurent une communication du président de la 27ème Assemblée régionale et une autre du chargé de mission Afrique de l'A.P.F, un message du président de l'APF et un autre du secrétaire général parlementaire de l'APF ainsi que le rapport d'activités de la région et le programme numérique de l'APF.

Les thèmes choisis par ces assises sont l'intégration régionale en Afrique et les nouveaux défis du parlementarisme en Afrique.

Outre la situation politique et sécuritaire en Afrique francophone qui sera débattue non seulement à travers la situation du G5 Sahel, les actions de l'APF et la mise en place du Comité interparlementaire sur le G5 Sahel, mais aussi via d'autres situations politiques, les participants plancheront sur la préparation de la 45ème session de l'Assemblée parlementaire de la Francophonie et de la 9ème Session du Parlement francophone des jeunes qui devrait se tenir en juillet prochain à Abidjan

Le thème principal de la 45ème session de l'APF qui procèdera au renouvellement des postes à responsabilité de la Région Afrique sera : «Parlement et renforcement de la démocratie».

Outre l'étude d'autres questions à caractère divers, la 27e Assemblée régionale Afrique procèdera à l'adoption des résolutions, du rapport final des travaux et de la motion de remerciements.

Il convient de préciser que l'Assemblée régionale Afrique de l'APF regroupe l'Egypte, le Maroc, la Tunisie, le Bénin, le Burkina Faso, le Cap-Vert, la Guinée, la Guinée-Bissau, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal, le Togo, le Cameroun, le Gabon, la République centrafricaine, la République démocratique du Congo, la République du Congo, le Tchad, le Burundi, les Comores, le Rwanda, Djibouti, Madagascar, Maurice et les Seychelles.

L'Assemblée régionale regroupe également le Parlement de la Communauté économique et monétaire des Etats de l'Afrique centrale, la Commission parlementaire mixte de l'Union économique et monétaire des Etats de l'Afrique de l'Ouest, le Parlement de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest, le Parlement panafricain et l'Union parlementaire africaine.

Il convient également de rappeler que Rabat avait abrité du 22 au 24 mai 2017, la XXVème Assemblée régionale Afrique de l'Assemblée parlementaire de la Francophonie à laquelle plus d'une centaine de participants représentant une vingtaine de Parlements membres avaient pris part.

A l'issue des travaux, Sa Majesté le Roi avait reçu la plus haute distinction décernée par l'Assemblée parlementaire de la Francophonie, à savoir l'insigne de Grand-Croix de l'Ordre de la Pléiade, Ordre de la Francophonie et du dialogue des cultures.

A noter que l'histoire de la Francophonie parlementaire avait débuté au Luxembourg, en mai 1967, avec l'assemblée constitutive de l'Association internationale des parlementaires de langue française (AIPLF).

Réunissant les délégués de 23 sections issues de Parlements d'Afrique, d'Amérique, d'Asie, d'Europe et d'Océanie, cette assemblée a donné corps à la pensée de Léopold Sédar Senghor, qui affirmait en 1966 : « Ce sont les peuples qui, par l'intermédiaire de leurs élus, pousseront les gouvernements à aller de l'avant. Il faudrait réunir, dans une association interparlementaire, les Parlements de tous les pays où l'on parle le français».

Sous l'impulsion de l'AIPLF est née en 1970 l'Agence de coopération culturelle et technique (ACCT), devenue depuis l'Organisation internationale de la Francophonie.

Lors de la XVIIème Assemblée générale de Paris, en juillet 1989, l'AIPLF devint l'Assemblée internationale des parlementaires de langue française, affirmant ainsi sa vocation d'instance interparlementaire francophone, tel que reconnu par le Sommet des chefs d'Etat et de gouvernement des pays ayant en commun l'usage du français, à Dakar en mai 1989.

Au Sommet de Maurice en octobre 1993, les chefs d'État et de gouvernement ont considéré que l'AIPLF, seule organisation interparlementaire de la Francophonie, constituait le lien démocratique entre les gouvernements et les peuples de la Francophonie.

Dès lors, l'AIPLF devient l'Assemblée consultative de la Francophonie, statut confirmé par la Charte de la Francophonie adoptée à Hanoï en novembre 1997. Afin de se conformer à cette charte, l'Assemblée a décidé, lors de sa session ordinaire d'Abidjan en juillet 1998, d'adopter le nom d'Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF).

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.