Mauritanie: Présidentielle - A Kiffa, l'emploi au cœur de la campagne

En Mauritanie, la campagne pour l'élection présidentielle du 22 juin vient de débuter. Officiellement, le pays connaît un taux de chômage de 12% mais beaucoup vivent de l'économie informelle, en tant que journaliers. A Kiffa, deuxième ville du pays, on espère des jours meilleurs.

C'est dans un vaste amphithéâtre de béton, abandonné, que nous reçoit Moussa Hamady Diallo, de la Maison des Jeunes. Il a grandi à Kiffa et regrette le manque d'industrialisation de cette région sèche et aride.

« Partir où ? »

« On est là. Le centre est là. Chaque année, ce centre prend beaucoup de gens. Il forme sur la menuiserie, teinturerie, maçonnerie, électricité ou mécanique. Mais ces gens, dès qu'ils sortent de cette école, ils ont leurs diplômes ou leurs attestations mais partir où ? Ils restent eux aussi au chômage », regrette-t-il.

Des formations, oui. Elles existent mais pour Samba Thiam, frigoriste depuis une trentaine d'années, elles ne sont pas adaptées.

« Pour les ouvriers, il faut qu'il y ait de vraies formations parce que dans ces centres de formation qui forment les enfants, si on prend un cordonnier et qu' on lui dit qu'il n'a qu'à former un frigoriste. Comment va-t-il le former ? Ce sont les centres qui sont mauvais », estime-t-il.

Le Dr Jemal, le maire de Kiffa reconnaît ces difficultés. Soutien affiché de Mouhamed ould Ghazwani, candidat du pouvoir, il espère que celui-ci, originaire de la région, saura lancer l'économie.

« On a besoin des usines et des industries »

« C'est sûr, on a besoin des usines et des industries pour absorber ce chômage et participer au bon développement de notre région. Je pense que le nouveau président va participer à diminuer le problème du chômage », souligne-t-il.

Une chose est sûre, l'emploi comme les autres problématiques sociales, sont au cœur de cette campagne présidentielle.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.