Ile Maurice: Lune de miel gâchée - Une Indienne quitte Maurice sur une civière

Un voyage de noces préparé avec soin et attendu avec impatience se termine en catastrophe. L'épouse, victime d'un accident sur un manège, à Casela, repart chez elle avec des blessures à la colonne vertébrale.

Le samedi 1er juin restera une date à jamais gravée dans la mémoire de ce couple indien, en lune de miel à Maurice. L'épouse s'est blessée lors de l'activité Tulawaka Gold Coast Ride Safari au parc Casela. Pendant le tour du manège, les freins de la roller coaster (luge) de son mari se bloquent et elle entre en collision avec celle de son épouse qui s'apprête à déboucler sa ceinture de sécurité. Résultat : la luge de la jeune femme fait un bond en avant et retourne au point de départ. Le mari a porté plainte au poste de police de Bambous le même jour.

La jeune touriste de 28 ans, coincée, ne peut bouger ses bras et ses pieds. Alors que son époux, blessé à la bouche, saigne des gencives. Elle est transportée sur une civière à l'hôpital Candos mais comme le scan IRM ne marchant pas, un autre couple de touristes fait le nécessaire pour la transférer dans une clinique privée. Ses blessures se trouvent au niveau de sa colonne vertébrale, causant une paralysie temporaire de mouvements. Elle est aussi atteinte au niveau du nerf cervical.

Le couple qui devait prendre l'avion le 2 juin a dû prolonger son séjour jusqu'au 5 juin. Arrivés de l'Inde, le 26 mai, sous le package «honeymoon» pour une période de huit nuits et neuf jours, les nouveaux mariés séjournaient dans un hôtel au nord de l'île. L'express les a rencontrés à la clinique où la victime était admise. Le mari a 30 ans et travaille dans un cabinet financier et juridique alors que l'épouse termine un doctorat dans la filière scientifique. Selon la jeune mariée, «nous avions planifié une semaine à Maurice depuis cinq mois car une amie qui revenait des vacances de chez vous m'a persuadée. On s'est marié le 23 mai et trois jours après, nous étions dans l'avion trop excités de découvrir cette petite île splendide dans l'océan Indien. Le package comprenait six tours avec une découverte dans le Nord, le Sud et les lieux les plus touristiques. Le 1er juin, nous avons fait la connaissance d'un couple de docteurs indiens avec lequel nous nous sommes liés d'amitié. Nous voulions faire une activité avant de reprendre l'avion et notre choix s'est porté sur le parc d'attractions Casela pour découvrir les animaux et la nature.»

Le couple est arrivé au Casela vers 10 h 30 et a fait le tour des activités. «Vers 16 heures, nous voulions tous les quatre faire le 'roller coaster ride' pour terminer la journée en beauté. Nous pensions être bien équipés et en sécurité, mais j'étais surprise que nous n'avions pas de casques de protection. Un instructeur nous a expliqué le fonctionnement mais comme il parlait une langue différente, je lui ai demandé de nous expliquer en anglais. Il nous a expliqué où accélérer et où se trouvaient les freins d'urgence. Maintenant que j'y pense, la luge n'avait pas d'anti-chocs. Une fois à la fin du tour, alors que nous étions presque en haut du manège, l'instructeur nous a fait signe d'appliquer les freins. Mon époux a voulu le faire mais sans succès. Sa luge est entrée en pleine collision avec la mienne.»

Elle ajoute que le personnel du parc a voulu l'extirper, mais le couple d'amis médecins les a empêchés vu qu'il lui aurait fallu un collier cervical pour éviter de la blesser davantage. «On m'a emmenée à l'hôpital sur une civière dans un transport du Casela. Mon époux avait été blessé aux gencives dans la collision. On nous a dit que le scan se ferait le lundi 3 juin et je voulais rentrer à tout prix à la maison. Comme il n'y avait pas les facilités nécessaires, mon époux et notre ami docteur ont préféré me transférer à la clinique.»

Pour elle, cette aventure mauricienne a été traumatisante. «En raison de cette blessure, je me demande comment faire pour commencer une vie conjugale. Mon époux se voit maintenant dans l'obligation de s'occuper de moi.Quand nous avons averti la famille, elle était paniquée. Cette blessure ne va pas faciliter ma vie car cela ne sera pas facile de terminer mon doctorat.Je vais garder le moral afin de reprendre une vie normale.»

Elle avait hâte de prendre l'avion mercredi dernier mais elle avait du mal à se déplacer. C'est sur une civière d'ambulance qu'elle a été transportée à l'aéroport.

La cellule de communication du Casela s'explique

«Un incident est survenu le samedi 1er juin en fin de journée, impliquant deux luges au moment de l'arrêt des véhicules au quai de débarquement. Trois visiteurs étaient aux commandes de ces deux luges. Si deux d'entre eux n'ont pas été blessés dans cet incident, la troisième ne se sentant pas bien a immédiatement été prise en charge par nos équipes. Elle a été rapidement transportée à l'hôpital Candos, accompagnée d'un membre de notre équipe et elle a été ensuite admise dans une clinique privée, à la demande de son conjoint. Nos équipes étaient en contact régulier avec ce dernier et suivaient de très près son état de santé. Suite à cet incident, l'attraction a immédiatement été fermée par mesure de précaution. Cette attraction est soumise quotidiennement à des contrôles techniques et de sécurité, et aucune faille n'a été détectée par nos équipes sur le système informatique et le matériel utilisé ce jour-là, avant l'incident. Après avoir enlevé les deux luges impliquées du circuit et mené une inspection approfondie lors de laquelle aucun autre défaut ou problème n'a été relevé tant sur le circuit que sur l'ensemble des autres luges, la direction du parc a autorisé la réouverture de l'attraction.»

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.