10 Juin 2019

Mali: Une attaque dans le centre du pays fait cent morts

Photo: Sophie Ravier/MINUSMA
Village traditionnel dogon, au centre du Mali.

L'offensive a été perpétrée dans la nuit du 9 au 10 juin par des hommes armés dans le village dogon de Sobane-Kou, a-t-on appris.

Un élu local de la commune de Koundou (cercle de Koro) où se situe le village de quelque trois cents habitants, qui a requis l'anonymat, a confirmé l'information. « Nous avons pour le moment quatre-vingt-quinze civils tués, les corps sont calcinés, nous continuons de les chercher », a-t-il indiqué. « C'est un village dogon qui a été quasiment rasé » a, pour sa part, déclaré une source sécuritaire malienne se trouvant sur place, confirmant un bilan provisoire de quatre- vingt- quinze tués.

Les violences qui se poursuivent au Mali ne surprennent ni les autorités du pays ni la communauté internationale, puisque le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a, dans un rapport rendu public, le 3 juin, averti du fort risque d'atrocités futures. Pour ce faire, il a appelé à renforcer la présence de la force onusienne de maintien de la paix dans le centre du pays pour éviter ces tueries.

Dans son rapport, le chef de l'ONU se dit « consterné » par la montée des violences et appelle le gouvernement à tout mettre en œuvre pour renforcer sa réponse contre les groupes extrémistes. « Si ces inquiétudes ne sont pas prises en compte, il y a un fort risque d'escalade qui pourrait aboutir à la commission d'atrocités », souligne le secrétaire général, dans le document adressé au Conseil de sécurité.

L'appel des Nations unies vient à point nommé en raison de la détérioration de la situation au Mali. En témoigne ce qui vient de se passer dans le village Sobane-Kou et le fait que quelque cent soixante habitants d'un village peul du centre, Ogossagou, ont été tués le 23 mars. Le drame, reconnu comme la plus grave tuerie qu'ait connue le Mali depuis 2012, avait suscité une vague d'indignation populaire et des manifestations aboutissant un mois plus tard à la démission du gouvernement, jugé incapable d'endiguer la hausse des violences liées aux groupes djihadistes et aux troubles intercommunautaires.

Renforcer la présence de la Minusma dans le centre du pays

Compte tenu des derniers développements de la situation dans le pays, Antonio Guterres recommande que la force de maintien de la paix de l'ONU au Mali, la Minusma, ne soit pas réduite, malgré les appels des Etats-Unis en ce sens. Il recommande également que la présence de cette mission soit renforcée dans le centre du pays en y déployant une ou deux unités de police, soit deux cent quatre-vingts agents.

En attendant ce qui pourra être fait pour augmenter les effectifs de la force internationale, le Conseil de sécurité doit se prononcer, le 27 juin, sur le mandat de la Minusma, mise en place après l'intervention militaire menée par la France en 2013 pour chasser les djihadistes qui avaient pris le contrôle du nord du Mali.

Le document du secrétaire général note que la force onusienne devrait être renouvelée pour un an, avec un effectif maximum inchangé de 13 289 militaires et de 1 920 policiers. Or, actuellement, celle-ci compte quelque 14 700 militaires et policiers déployés, pour l'une des missions de l'ONU les plus dangereuses, avec quelque cent vingt morts dans des actes hostiles.

Le texte évoque, par ailleurs, la gestion d'un camp dans le nord du Mali, précisant qu'il pourrait être transféré aux forces maliennes. Ce qui permettrait de libérer six cent cinquante personnes pour des renforts dans la région de Mopti, dans le centre du pays.

Rappelons qu'un rapport d'International crisis group, rendu public le 28 mai dernier, recommandait aux autorités maliennes de dialoguer avec les djihadistes pour chercher à ramener la paix dans le pays. Il soulignait que les violences meurtrières qui se multiplient dans le centre demeurent sans perspective de solution militaire.

En 2015, un accord de paix avait été signé à Bamako entre le gouvernement malien et des groupes armés, mais près de quatre ans plus tard, il a échoué à stopper les violences. Et malgré la présence de la Mission des Nations unies et de la force du G5 Sahel au Mali, lancée en 2017, la situation ne cesse de se dégrader au centre du pays, limitrophe du Burkina Faso et du Niger, gagnés à leur tour par les violences terroristes, souvent mêlées à des conflits intercommunautaires.

Mali

Le fils du président malien débouté par la justice

La justice malienne a déclaré irrecevable la plainte du fils du président Ibrahim Boubacar… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.