10 Juin 2019

Cameroun: Les espoirs des avocats sur le ministre Me. Jean De Dieu Momo pour résoudre leurs problèmes

Pour la 2ème édition de leur rentrée solennelle qui a eu lieu vendredi dernier à Yaoundé, les avocats du Cameroun ont indiqué que « nous avons un avocat comme ministre délégué (Mindel/Justice) auprès du ministre d'Etat, ministre de la Justice, Garde des Sceaux. Il (Me. Jean De Dieu Momo, Ndlr) a l'obligation, il a la compétence liée pour résoudre nos problèmes ».

Ouverts le 05 juin 2019, les rideaux du colloque sur les « Nouveaux marchés du droit », sont tombés vendredi dernier à Yaoundé, avec la rentrée solennelle de l'Ordre national des avocats du Cameroun. L'événement, a été présidé par Me. Jean De Momo, ministre délégué auprès du ministre d'Etat, ministre de la Justice, Laurent Esso, dont il était le représentant. Les Hommes des prétoires ont dit fonder beaucoup d'espoirs en leur confrère, Me. Jean De Dieu Momo, promu Mindel/ Justice lors du réaménagement gouvernemental du 04 janvier dernier, par Paul Biya le chef de l'Etat.

Bâtonnier de l'Ordre national des avocats, Me. Charles Tchakoute Patié, a conseillé aux avocats, « d'éviter la saturation : tenir un cabinet, aller dans les prétoires... Il faut se constituer en conseil bien équilibré et achalandé. Répartissez-vous rationnellement les tâches. C'est à ce prix que le barreau du Cameroun sera plus fort ». Et le Bâtonnier de demander au ministre Jean De Dieu Momo, lui-même avocat, d'être garant de la justice, en sa qualité d'avocat, quoique devenu membre de l'Exécutif.

Prenant enfin la parole, le ministre Jean De Dieu Momo, a répondu à l'appel de ses confrères : « Je suis avocat, je demeure avocat. Je suis au cœur de la défense des droits de l'Homme au ministère de la Justice.Je ne suis pas de l'autre coté. J'ai l'avantage de connaitre le revers et l'envers ». Pour le reste, le Mindel/Justice s'est joint au Barreau, pour souligner la pertinence du thème du colloque (Les Nouveaux marchés du droit), devant l'étroitesse des marchés traditionnels. Aussi, a-t-il encouragé les avocats, à la formation et à l'exploration des domaines tels que le droit du sport, le droit des Tic, le droit communautaire de la Cemac, le droit fiscal, le droit des marchés publics.

Il va donc sans dire que, tel que souhaité par Me. Charles Tchakoute Patié le Bâtonnier, les 2 400 avocats que compte le barreau du Cameroun, vont devoir explorer les Nouveaux marchés du droit, se spécialiser, et ainsi, vivre décemment de leur métier.

Cameroun

Dix pays potentiellement à risque, selon la Coface

En dix ans, le nombre de conflits a doublé en Afrique. La Compagnie française d'assurance pour le commerce… Plus »

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.