Angola: La Président de la République réitère la construction de l'état de droit

Luanda — Le Président de la République, João Lourenço, a réaffirmé lundi à Luanda l'engagement de construire un État fondé sur le pluralisme politique, sur la convivialité démocratique et sur la liberté économique.

João Lourenço intervenait à l'ouverture du cinquième congrès de la Conférence des juridictions constitutionnelles africaines, qui se tient jusqu'à jeudi, dans la capitale angolaise.

L'homme d'État angolais a rappelé les réformes en cours dans le secteur judiciaire, avec la création des tribunaux municipaux, des nouveaux codes pénal et de procédure pénale.

Il a rappelé que les premières élections municipales, en préparation dans le pays, permettront une participation plus directe des citoyens à la solution des problèmes locaux et à un développement harmonieux du pays, à partir des municipalités.

Le Président João Lourenço a dit qu'il espérait que les acteurs judiciaires assumeraient la protection des droits fondamentaux, car il appartient aux juges, dans un État de droit, de rendre justice, vue comme un bien social qui mérite la protection de l'État.

Il a déclaré que les cours constitutionnelles faisaient partie d'un projet politique global, présupposant une justice efficace et impartiale, dépourvue de toute trace de corruption, de favoritisme ou de népotisme, qui sévit encore dans de nombreux pays africains.

À l'ouverture de la réunion, João Lourenço a souligné que les questions à l'ordre du jour pourraient contribuer à la consolidation de l'état de droit dans une Afrique de plus en plus inclusive, caractérisée par un accès à l'éducation, à la santé, au logement, à la sécurité, à l'emploi et à la liberté de circulation, à la confession religieuse, entre autres.

Le Président angolais a souligné que l'indépendance et l'impartialité des juges étaient essentielles à la stabilité des pays.

Il a défendu le renforcement continu du pouvoir judiciaire constitutionnel, puisqu'il s'agit d'une priorité pour l'affermissement de la démocratie sur le continent africain.

Il espère que le congrès facilitera l'échange d'expériences entre les différents pays africains dans la promotion et la défense des idées démocratiques et la garantie du respect et de la dignité de la personne humaine.

Pour l'homme d'État angolais, l'événement représente la reconnaissance des progrès politique et constitutionnel obtenus par l'Angola, grÇace à l'engagement du peuple, de ses députés et des juges des diverses juridictions supérieures.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Construction

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.