Burkina Faso: Medias publics

Le bureau national du syndicat autonome des travailleurs de l'information et de la culture (SYNATIC) a organisé une conférence de presse, le vendredi 7 juin 2019, à la bourse du travail de Ouagadougou. L'ordre du jour de cette rencontre avec les Hommes de médias a porté sur les actions à mener par les travailleurs des médias publics en vue d'exiger la tenue des engagements du gouvernement.

Face à la presse, le secrétaire général du SYNATIC, Siriki Dramé, n'est pas allé du dos de la cuillère pour assener ses vérités au gouvernement. Selon lui, depuis la signature du protocole d'accord de sortie de crise le 29 décembre 2016 avec pour point clé, l'engagement du gouvernement à procéder à la mutation de la RTB et des Editions Sidwaya en Société d'Etat dans la salle de réunion du premier ministère entre le SYNATIC et le gouvernement, avec à sa tête, le Premier ministre Paul Kaba Thiéba, les lignes n'ont jusque-là pas bougé. Siriki Dramé dit ne pas comprendre l'attitude du gouvernement d'autant plus que le passage des médias publics du statut d'EPE à celui de société d'Etat a été une décision du gouvernement de la transition. « A son corps défendant, le SYNATIC s'est soumis à un long processus d'études commandité par les différentes EPE et réalisé par des cabinets recrutés à cet effet.

Le tout sous la supervision d'une commission mixte réunissant des experts de plusieurs ministères (MCIA, MINEFID, MFPPS, MCRP) et des représentants des travailleurs », a t-il indiqué. A l'en croire, les missions des cabinets consistaient essentiellement à définir les conditions pour un passage réussi des médias publics au statut de société d'Etat. « L'ultime recommandation revenait à la commission mixte interministérielle chargée du suivi du processus de transformation de la RTB et des Editions Sidwaya en société d'Etat. Cette commission présidée par le SG du ministère en charge de la communication, a recommandé dans ses rapports rédigés à l'intention du gouvernement d'opérer la mutation des médias publics en société d'Etat avec les effectifs actuels conformément à l'esprit du protocole d'accord. C'est donc fort logiquement que le SYNATIC s'est offusqué des suites données par le gouvernement lors du conseil des ministres du 29 mai 2019, en préconisant des réflexions approfondies sur le dossier.

Pour un mépris, c'en est vraiment un », a-t-il poursuivi. Face à ce qu'il considère comme des manœuvres du gouvernement pour ne pas tenir ses engagements et au regard de l'insatisfaction et du manque de volonté réelle constatées jusque-là , les travailleurs des médias publics ( RTB, SIDWAYA ) mobilisés au sein du SYNATIC ont décidé d'observer deux journées de protestation sous forme de sit-in les 12 et 13 juin 2019 de 8h à 11h, sur toute l'étendue du territoire national pour exiger la mutation diligente des Editions Sidwaya et de la RTB en société d'Etat avec l'ensemble du personnel, telle que recommandée par la commission mixte, la dotation de ces médias en équipements et moyens conséquents pour leur fonctionnement efficace au service des populations et de l'intérêt général.

En outre, le bureau national a tenu à exprimer son indignation face à la déclaration du ministre en charge de la communication rendue publique le 5 juin 2019. « Cette sortie inappropriée traduit une agitation fébrile qui cache mal l'intention de torpiller les intérêts des travailleurs des médias publics. En effet, les AG organisées en fin mai 2019 par les DG des EPE sur instruction du ministre, de même que la rencontre de restitution par les cabinets d'études tenues le 6 juin 2019, afin de démobiliser les agents, ont échoué. Les travailleurs sont déterminés et attendent l'adoption des décrets d'application des lois votées en 2015, ainsi que la suite du processus de mutation », a-t-il encore ajouté. Avant de terminer, le SG du SYNATIC a lancé un appel à tous les travailleurs à rester mobilisés pour faire de ces deux jours de protestation, une réussite et pour toute action que commanderait l'évolution de la situation.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Pays

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.