10 Juin 2019

Niger: 100000 nouveaux réfugiés et déplacés

L'ONU tire à nouveau la sonnette d'alarme au Niger, pays en proie à l'insécurité où les activités des groupes armés sont à l'origine de nombreux déplacements de populations, avec les activités du groupe Boko Haram notamment. L'ONU estime ainsi qu'en 2019 quelque 2,3 millions de personnes, soit 10,4% de la population ont besoin d'une assistance humanitaire. Un constat établi jeudi lors d'une réunion entre agences de l'ONU, des représentants d'ONG et des partenaires. L'ONU constate justement une détérioration de la situation depuis le début de l'année.

Depuis le mois de janvier, plus de 100 000 nouveaux réfugiés et déplacés ont été recensés au Niger, alors que le pays en abritait déjà quelque 300 000. Et les inquiétudes sont localisées. À Diffa notamment, dans le sud-est, région frontalière de l'État nigérian de Borno, les groupes armés tels que Boko Haram ont provoqué le mouvement d'environ 25 000 personnes.

Toujours près de cette frontière nigériane, mais plus à l'ouest, dans la région de Maradi, ce sont ici environ 20 000 Nigérians qui ont fui les violences de leur pays.

Il y a aussi les zones proches des frontières maliennes et burkinabè, dans les régions de Tahoua et Tillabéry. Des zones très instables selon l'ONU qui ont vu l'arrivée de 70 000 personnes.

Pour faire face à cette situation, il faut de l'argent. Pourtant, les Nations unies déplorent un manque de ressources. Pour 2019, les besoins humanitaires sont chiffrés à 383 millions de dollars, mais sur cette somme, seuls 15% ont pu être mobilisés à l'heure actuelle.

Niger

Lac Tchad - Réunion des gouverneurs des provinces limitrophes

Les gouverneurs des huit régions transfrontalières du lac Tchad se réunissent pour 48 heures… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.