Congo-Kinshasa: La coalition FCC - CACH à l'épreuve de la rue

Photo: Site du FCC
Logo du Front commun pour le Congo (FCC)

La coalition FCC-CACH est en ballotage. La motion suivie de débat en plénière vendredi dernier à l'Assemblée nationale, sur les ordonnances signées par le chef de l'Etat portant nomination des mandataires à la Gécamines et à la SNCC aura été cette petite goutte qui a fait déborder le vase.

Lundi matin, les partisans de l'Udps ont pris d'assaut le Palais du peuple pour régler des comptes aux députés FCC, accusés d'outrage au président de la République. Débandade à l'hémicycle alors que la nomination du gouvernement se fait toujours attendre. La survie de l'accord FCC - CACH se joue dans la rue.

La coalition FCC - CACH serait-elle sur le point de voler en éclats ? En tout cas, il y a des indices probants qui vont dans ce sens. Vendredi dernier, l'Assemblée nationale a franchi le Rubicon en inscrivant dans le débat la remise en cause des ordonnances signées dernièrement par le chef de l'Etat, Félix Tshisekedi, portant nomination des mandataires dans deux entreprises du portefeuille. Contre toute attente, les députés nationaux, particulièrement ceux du FCC, la plateforme politique de Joseph Kabila, se sont déchargés sur le président de la République allant jusqu'à l'accuser d'«inconscience » au moment de la signature de ces ordonnances. C'est la petite goutte qui a fait déborder le vase.

A Limete, quartier général de l'Udps, les partisans de l'Udps sont montés au créneau, promettant de régler des comptes aux députés incstueux. Sans tarder, la base de l'Udps est passée à l'action lundi en assiégeant le Palais du peuple, siège du Parlement. A l'hémicycle, c'était la débandade.

Des échauffourées s'en sont suivies, empêchant l'Assemblée nationale de siéger normalement. C'était la paralysie totale. Le film de l'événement.

Que reproche l'UDPS au FCC ?

C'est toute la question. En effet, la base de l'Udps estime que le FCC a dépassé la ligne rouge en s'attaquant ouvertement au chef de l'Etat.

Au-delà de l'outrage au chef de l'Etat - fait du reste condamné par la loi - l'Udps reproche au FCC d'avoir également manqué de respect au président de la République. Jamais du temps de Kabila l'Assemblée nationale n'avait pris un virage aussi dangereux. Pourquoi doit-il en être le cas ave le président Félix Tshisekedi ?

Dans la classe politique, les interrogations fusent toutes parts. Pour la base de l'Udps, il est temps de redéfinir l'accord de cogestion qui lie le FCC au CACH. Depuis un temps, des frustrations couvaient déjà au sein de l'Udps, marquées notamment par le grand retard pris d'un côté, dans la nomination du Premier, suivi, de l'autre côté, par l'enlisement qui entoure la composition du gouvernement.

A l'Udps, on estime que le FCC en fait un peu trop. C'est finalement dans la rue que l'Udps a résolu de régler les problèmes avec son partenaire à la coalition. Jusqu'où ira l'Udps ? C'est tout le problème.

En tout cas, pour les combattant de l'Udps, le temps est venu de faire table rase de l'accord secret qui lie le chef de l'Etat au FCC avant de repartir sur de nouvelles bases.

Dimanche dernier, les deux têtes d'affiche, à savoir Félix Tshisekedi et Joseph Kabila, se sont encore revus dans la résidence présidentielle de la N'sele. Des sources indiquent que les deux personnalités ont finalement levé le verrou qui continuait de bloquer la nomination du prochain gouvernement. Sans doute, dans les prochains jours, la RDC pourrait avoir son gouvernement. Mais, ce n'est pas pour autant que la crise sera totalement désamorcée. On est encore loin du bout du tunnel.

Entre le FCC et le CACH, des signes de frustrations se multiplient. Le CACH ne s'en cache plus. L'envahissement lundi du siège du Parlement par les militants de l'UDPS n'est que le signe avant-coureur d'un divorce qui ne dit pas encore son nom. C'est finalement dans la rue que l'UDPS a juré de régler des comptes à son partenaire gênant, à savoir le FCC.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.