10 Juin 2019

Burkina Faso: Procès putsch manqué - Les avocats retournent au prétoire

Après 49 jours de suspension, la voie est à présent dégagée pour une reprise du procès du putsch manqué de septembre 2015.

Cette suspension, faut-il le rappeler, était consécutive au mouvement d'humeur des avocats, qui avaient initié cette forme de pression pour que les autorités mettent tout en œuvre pour lever la paralysie du système judiciaire. En effet, depuis octobre 2018, à cause de la grève des Gardes de sécurité pénitentiaire (GSP), il était devenu impossible de tenir les audiences correctionnelles. La situation s'est exacerbée en avril dernier avec le mouvement des greffiers, qui a eu pour conséquence de plomber les autres types d'audiences (sociales, commerciales, civiles).

Pour remettre sur les rails la chaîne judiciaire, les avocats ont suspendu leur participation à toutes les audiences des cours et tribunaux depuis le 23 avril 2019. Après la reprise du travail des greffiers, l'obstacle GSP restait à lever. C'est à présent chose faite, puisque les gardiens de prisons ont repris le service, hier 10 juin 2019. En conséquence, plus rien ne s'opposait à la levée du mot d'ordre des avocats puisque la chaîne judiciaire est de nouveau en état de marche. La voie est donc ouverte pour toutes les audiences des cours et tribunaux. C'est dire que le procès du putsch va également reprendre. C'est du moins ce qui ressort du communiqué de l'Assemblée générale extraordinaire du Barreau, que nous vous proposons in extenso.

Les avocats du Burkina Faso, réunis en assemblée générale extraordinaire le lundi 10 juin 2019 à la Maison de l'Avocat ;

Rappelant que par décision du 22 avril 2019, l'assemblée générale des avocats a décidé de la suspension de la participation des avocats aux audiences des cours et tribunaux, décision reconduite jusqu'à ce jour en ce qui concerne les audiences pénales, dans le but d'exiger de l'Etat le fonctionnement normal de l'institution judiciaire, notamment en résolvant la crise avec le corps de la garde de sécurité pénitentiaire d'une part et celui des greffiers d'autre part ;

Constatant qu'à ce jour, lundi 10 juin 2019, à la suite des greffiers, les Gardes de sécurité pénitentiaire ont repris toutes leurs activités sur toute l'étendue du territoire ;

L'assemblée générale a ainsi délibéré :

1. Décide de la levée de la suspension de la participation des avocats aux audiences pénales,

2. Invite l'Etat à œuvrer pour que la reprise du fonctionnement de l'appareil judiciaire soit pérenne,

L'assemblée générale reste saisie de la situation.

Fait à Ouagadougou, le 10 juin 2019

Pour l'assemblée générale

Burkina Faso

Déclaration MBDHP sur la mort de 11 personnes gardées à vu

C'est avec indignation et une profonde tristesse que la section MBDHP du Kadiogo a appris la mort de onze (11) personnes… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Burkina Faso

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.