Gambie: Darboe, l'ex-opposant, devant la Commission vérité et réconciliation

En Gambie, la Commission vérité et réconciliation a entamé sa 5e session. Ses auditions avaient été suspendues le temps du ramadan. Ce lundi 10 juin 2019, c'est la bête noire de l'ancien dictateur Yahya Jammeh qui s'est présentée; Ousainou Darboe, ancien vice-président sous Adama Barrow, a été leader de l'opposition pendant deux décennies.

Diriger un parti d'opposition dans une dictature, c'est l'expérience racontée par Ousainou Darboe, avocat et président du Parti démocratique unifié, UDP. Dès l'élection présidentielle de 1996, tous les coups sont permis pour entraver la campagne de l'opposition, rapporte Darboe. Comme ce 26 septembre, où des militants sont arrêtés et passés à tabac à l'entrée de Banjul. Certains vont mourir de leurs blessures.

Retour sur l'assassinat de l'ex-ministre Koro Ceesay...

La violence est également exercée par les militants du parti au pouvoir, qui attaquent ceux de l'opposition. C'est parfois la télévision d'État qui coupe le micro de l'opposition quand un de ses membres prend la parole publiquement.

Ousainou Darboe met à jour une stratégie globale pour saboter la vie de l'opposition, voire l'éliminer. En avril 2016, Solo Sandeng, secrétaire national de l'UDP, est battu à mort en détention. « Nous devons passer du temps sur ces éléments pour que ça ne reproduise plus jamais », relance l'avocat général, inquiet pour les campagnes électorales à venir en Gambie.

Cette 5e session se tient jusqu'au 27 juin. Elle doit revenir plus en détail sur l'attaque contre les militants de l'UDP à Denton Bridge en septembre 1996, sur l'assassinat de l'ancien ministre des Finances Koro Ceesay, et sur les attaques contre les journalistes.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.