Soudan: A Omdurman, l'insécurité règne aussi durant la nuit

Protesters take to streets in the Sudanese capital, Khartoum, on April 11, 2019.

Au Soudan, au bout de trois jours, la coalition civile décide de suspendre sa campagne de grève générale et de désobéissance civile. Un mouvement destiné à protester contre le massacre perpétré le 3 juin à Khartoum par les militaires au pouvoir et qui a fait plus de 115 morts. Les médiateurs éthiopiens ont ajouté que les négociations reprendront bientôt entre les deux camps. Cela n'empêche pas les habitants de vivre toujours dans la crainte. À Omdurman, la ville jumelle de Khartoum, l'insécurité concerne aussi la nuit. Les habitants disent que des gangs profitent de l'instabilité ambiante pour s'attaquent aux civils.

Ils sont une demi-douzaine de jeunes et discutent de leur prochaine patrouille. Ils sortiront vers 20h pour veiller à la tranquillité du quartier et empêcher ceux qu'on appelle les Niggers, un gang connu depuis plusieurs années à Khartoum, de s'en prendre aux habitants.

« Ils étaient là avant la révolution. Mais pas aussi nombreux. Le régime utilise les Niggers comme prétexte pour réprimer, justifier l'existence d'un Conseil militaire, raconte Mohamed Tahir. Avant ils avaient des bâtons, des couteaux, mais maintenant ils ont des armes à feu. Ils entrent dans les maisons, terrorisent et volent les habitants. Ils seraient une quinzaine par groupe. Ils seraient même transportés ensemble jusqu'ici par camion. »

Internet est coupé depuis l'attaque du sit-in. Les jeunes se débrouillent. Ils se reconnaissent avec des codes, en sifflant, avec la lumière de leurs téléphones, en s'appelant ou en s'envoyant des SMS. Et ces vigiles nocturnes assurent qu'il n'y a pas d'abus. « On se met aux carrefours. Si on voit un étranger, on l'arrête. On connaît tout le monde. On le fouille, on cherche des armes. On commence tard le soir. Tout est fermé, donc des gens extérieurs n'ont pas de raison de venir ici », explique Mohamed Haider Osman.

Problème dans leur récit : aucun n'a vu les Niggers. Aucun ne peut montrer une de leurs victimes. Il pourrait en fait s'agir d'une rumeur. L'Alliance civile a d'ailleurs mis en garde contre ces fausses informations diffusées selon elle par le régime, pour faire tomber les Soudanais dans la paranoïa.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.