Ile Maurice: Services financiers - Le secteur appelé à se réinventer

Pravind jugnauth ne veut pas que le secteur des services financiers se contente de la croissance enregistrée au fil des années. L'heure est venue, selon lui, de rechercher et créer de nouvelles opportunités dans ce domaine, tout en préservant la réputation de Maurice en tant que centre financier qui n'a rien à voir avec les paradis fiscaux.

Le budget propose cinq pistes dont le secteur devrait exploiter le potentiel. Il s'agit de mettre en place un vaste programme pour faire connaître les produits spécifiques du secteur financier local partout dans le monde ; diversifier la base de produits que le centre financier a développés jusqu'ici ; installer un système de guichet unique à la Financial Services Commission (FSC), l'organisme régulateur, pour faciliter la gestion et la conduite des affaires en réceptionnant tous les documents et demandes des investisseurs du global business; poursuivre les initiatives pour faire de Maurice le centre régional de la technologie financière ; et renforcer le cadre d'opération de l'organisme régulateur pour qu'il puisse combattre la fraude, la corruption et d'autres délits financiers.

L'objectif de ces mesures est de consolider la confiance des investisseurs potentiels dans notre centre financier. Ce programme d'action requiert de la cohérence et une bonne coordination entre les différents agents d'investigation tels que l'Independent Commission against Corruption, la Financial Intelligence Unit et le département de régulation de la FSC. C'est tout cela qui a motivé la volonté du ministre des Finances d'instituer une Financial Crime Commission.

Dans une déclaration à l'express, Mahen Govinda, Regional Head of Africa, Middle East, Asia d'Ocorian, anciennement ABAX, salue les mesures novatrices proposées dans ce contexte. «We welcome the innovative measures in the budget speech for the financial services sector such as the introduction of the Real Estate Investment Trust Scheme, the headquarter regime for e-Commerce, the self-regulation of Fintech activities, the umbrella licence for wealth management, the framework for green financing as well as the setting up of a medium enterprise market on the Stock Exchange of Mauritius. These measures, alongside the already attractive fiscal regime and stable socio-economic environment, will enable Mauritius to consolidate its position as a key international financial centre for the region.»

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.