12 Juin 2019

Madagascar: Bilan en demi-teinte de la mission d'évaluation du FMI

À Madagascar, fin de mission mardi 11 juin pour le Fonds monétaire international. Une délégation de l'institution a évalué pendant une semaine le programme économique du gouvernement. Un programme financé en grande partie par le FMI. L'institution a débloqué près de 44 millions de dollars en mars dernier.

Des dépenses d'investissement public plus élevées, un secteur privé plus actif et une croissance à 5,2% l'année dernière, le FMI se dit satisfait des réformes économiques entreprises par le gouvernement malgache.

« Pour 2019, nous prévoyons une croissance similaire à celle de 2018, c'est à dire positive, analyse Haris Tsangarides, le chef de la mission de l'institution. Nous avons remarqué qu'au début de l'année, les dépenses ont quelque peu ralenti. Mais nous constatons que dans la loi de Finances révisée, le plan est d'augmenter les dépenses intérieures pour le reste de l'année. Cela devrait aider à maintenir la croissance au même niveau qu'en 2018. »

Sur la Grande Île, un des cinq pays les plus pauvres au monde, cette croissance notable est loin de profiter à tous. 75% des Malgaches vivent avec moins de 2 dollars par jour en 2018 d'après les estimations de la Banque mondiale.

« L'essentiel, c'est le niveau de vie des citoyens, affirme Richard Randriamandrato, ministre de l'Économie est des Finances. Donc cette croissance ne doit pas rester au niveau des dividendes des sociétés. Il faut qu'une grande partie de cette croissance aille dans le secteur social, l'éducation, la santé, c'est un effort continu, ça ne se fait pas du jour au lendemain. L'année prochaine, il y aura beaucoup de réformes qui vont être adoptées. »

Bémol important relevé par le FMI : la lutte contre la corruption, indispensable pour améliorer le climat des affaires. « L'adoption du projet de loi sur le recouvrement des avoirs illicites est devenue une priorité urgente », indique l'institution. Une loi rejetée 3 fois par le Parlement malgache.

Madagascar

En attendant Paul

« Andraso eo Paoly ». Une expression péjorative signifiant qu'on peut toujours attendre quelque chose… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.