Cameroun: Atlantique - Comme une transe contagieuse

Le premier long métrage, mi-documentaire mithriller, de la sénégalaise Mati Diop a remporté le «Grand Prix» au festival de Cannes 2019.

En présentation inédite à Cannes, « Atlantique » a fait sensation. En décrochant le deuxième prix de la compétition officielle, le film de 1h45 min place sa réalisatrice et toute l'équipe sur un piédestal. Vainqueur du Grand prix, « Atlantique » de la Sénégalaise Mati Diop joue un rôle équilibriste entre le documentaire, la fiction et le thriller.

Pour la critique à Cannes, en majorité favorable, le film a plus captivé par l'émotion qu'il suscite que par le côté technique. « Atlantique »jette un regard sans concession sur une réalité très dure, très difficile. Il y a à la fois de la poésie, quelque chose d'extrêmement profond et de très mystérieux dans ce film d'une grande humilité en plus.

Ce sont des mots qui s'imposent. Surtout, ce sont des images et des émotions qui restent », indique Robin Campillo, réalisateur et juré de Cannes 2019. Chronique sociale sur fond dramatique, le film aborde la thématique de l'émigration. La réalisatrice présente ici les raisons qui poussent les jeunes à quitter leur pays pour chercher un meilleur ailleurs. Souleiman (Ibrahima Traore), ouvrier et d'autres collègues, sans salaire, se retrouvent obligés d'emprunter une barque pour aller en Europe.

Dans sa quête de jours heureux, Sou leiman vit une histoire d'amour avec Ada (Mamane Bineta Sane), malheureusement promise à un autre. Son départ précipité contraint l'amoureuse à contracter ce mariage forcé. Un incendie subit se déclenchera lors du gala nuptial. S'en suivront des phénomènes surnaturels avec une crise de transe qui secouera plusieurs proches d'Ada. L'intrigue se déroule dans une banlieue de Dakar, capitale du Sénégal qui va accueillir le retour de Souleiman après le naufrage de leur embarcation d'infortune. La réalisatrice sert une sorte de « Roméo et Juliette » sous le prisme mythologique sénégalais.

Entre amour, drame et rêve, « Atlantique » peint la société actuelle. Peut-on aimer dans la pauvreté ? Peut-on être performant sans salaire? A quel saint se vouer, si on perd tout espoir ? De quelle Afrique rêvent les Africains ? Voilà autant de questions que pose le premier long métrage de Mati Diop. Même si le scénario aurait pu être mieux travaillé pour rendre le film encore plus percutant, il réussit néanmoins l'exploit de toucher les cœurs. Le film sortira officiellement en salle le 2 octobre prochain en France.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.