Sénégal: 131e édition du pèlerinage marial de Popenguine - L'Etat invite à sauver l'ecole et à combattre l'immigration clandestine

Les rideaux sont tombés hier, lundi 10 juin, sur la 131e édition du pèlerinage marial de Popenguine. C'est la messe solennelle présidée par Monseigneur Ernest Sambou, Évêque du Diocèse de Saint-Louis qui a clôturé la retraite spirituelle. Plusieurs milliers de pèlerins se sont donnés rendez-vous au niveau du sanctuaire marial où ils ont prié et chanté la vierge Marie. Une occasion saisie par l'Évêque de Saint-Louis pour inviter l'État à venir au secours de l'école sénégalaise, mais aussi à accompagner davantage les jeunes pour combattre l'immigration clandestine. Aussi est-il revenu, dans son homélie, sur la souffrance sous toutes ses formes physiques, morales et spirituelles

Ils étaient très nombreux les fidèles chrétiens à prendre part à la 131e édition du pèlerinage marial de Popenguine tenu ce weekend et qui a été clôturée hier, lundi 10 juin. Les milliers de pèlerins issus des différentes paroisses des sept (7) diocèses du Sénégal et leurs frères venus des pays de la sous-région y ont tous prié à travers la messe solennelle présidée par l'Évêque du Diocèse de Saint-Louis dans un sanctuaire marial plein à craquer. Dans son sermon, Monseigneur (Mgr) Ernest Sambou a regretté les baisses drastiques notées ces dernières années sur les taux de réussite au baccalauréat.

L'ECOLE SENEGALAIS, «C'EST LA CATASTROPHE»

"Il est fort regrettable de constater que les tendances sont inversées en ce qui concerne les résultats aux examens du Bac. De 70% de taux de réussite et 30% d'échec, les taux d'échec sont devenus supérieurs (70%) contrairement au taux de réussite (30%)", a-t-il soutenu. Selon lui cette situation est insupportable pour tous. C'est pourquoi il en appelle à un sursaut national pour sauver l'école afin de mettre fin à ces souffrances. En outre, Monseigneur Ernest Sambou a évoqué l'usage des langues locales par des professeurs, particulièrement le wolof, alors que les élèves ne sont pas évalués en wolof, alors que les libellés des épreuves sont présentés dans un bon français: «c'est la catastrophe», dit-il. Selon lui cette situation est insupportable pour tous.

IMMIGRATION CLANDESTINE: QUAND LA QUETE D'UN ELDORADO FINIT AU FOND DE LA MEDITERRANEE

La question de l'immigration clandestine a été également abordée par l'Évêque de Saint-Louis dans son sermon. "Les jeunes souffrent énormément de la déception liée à l'immigration clandestine. C'est une problématique qui a fait beaucoup de victimes chez les jeunes qui, à la quête d'un eldorado, sont souvent engloutis par la mer", a décrié l'Évêque de Saint-Louis qui a saisi l'occasion pour inviter l'État à accompagner davantage les jeunes à travers la formation et les financements. Il a aussi évoqué toutes sortes de maux qui gangrènent la société sénégalaise. Monseigneur Ernest Sambou, conformément au thème de la 131e édition du pèlerinage marial, a dans son homélie insisté sur la souffrance sous toutes ses formes. Mieux, il n'a manqué d'identifier ces maux et souffrances, sources de maladies affligeant les Sénégalais. Son approche est basée sur le vécu de Marie et de Jésus devant la souffrance. Ainsi, en référence aux nombreux malades qui souffrent, l'Evêque de Saint-Louis a déploré l'état actuel de la cuisine sénégalaise, en proie à des formes culinaires dont l'esthétique va avec un contenu mauvais pour la santé. En atteste le nombre impressionnant de malades, déduit-il.

LA COMPASSION DE MARIE, DANS LA PASSION DE JESUS, EST UNE SOUFFRANCE

Revenant sur le thème de la 131e édition: "Marie notre mère, offre nos souffrances à Jésus", il a rappelé l'amour de Marie pour les humains, les frères et sœurs de son fils. Pour lui, Marie n'accepte pas de nous voir souffrir. Et de dire: «les Chrétiens sont conscients de la Puissance de Marie, la reine de la race» et la consolatrice des affligés. Il La présente aussi comme reine de la paix et porte du ciel. Pour l'Evêque de Saint-Louis, Marie n'est pas étrangère aux hommes, malgré la préservation du péché originel. La compassion de Marie, dans la passion de Jésus, est une souffrance à sa manière, déclare-t-il, devant la croix, face à la flagellation, aux épines et aux injures. Il faut comprendre ainsi que Marie offre la souffrance à Jésus. Par conséquent, selon lui, Marie et Jésus ont connu la souffrance dans leur vie terrestre. Comprendre que Marie offre à Jésus la souffrance; il s'est référé à un proverbe ou adage wolof enseignant que «le père est le père de tous et la mère, la mère de chacun».

MIROIR DES MAUX DES SENEGALAIS ET DE LA SOCIETE

Monseigneur Ernest Sambou a, par la suite, insisté sur les nombreuses souffrances des Sénégalais, une réalité multiforme et présente dans bon nombre de compartiments de la société. Aux personnels de santé accueillant les malades dans la souffrance dans les structures sanitaires à tous les niveaux, il a rendu un grand hommage. Il n'a pas manqué de spécifier les types de malades dans la souffrance, les sans moyens pour se soigner, les personnes âgées dans la maladie et sans assistance, les personnes vivants avec un handicap, les personnes ayant perdu un être cher, la souffrance des personnes ne mangeant pas à leur faim, la souffrance des épouses peinant à trouver de quoi bouillir la marmite et aussi la souffrance des jeunes confinés dans une grande déception et tournés vers les chemins tortueux et incertains de l'émigration. L'évêque a aussi parlé de la souffrance des familles sans enfants, de celle des personnes handicapées devenues des mendiants dans nos villes, des violences physiques, morales et spirituelles. La souffrance des étudiants continuant les cours pendant les vacances figurent également parmi les préoccupations de l'évêque.

POPENGUINE 2019 - PRIERE DU NONCE APOSTOLIQUE Pour un hivernage pluvieux, de bonnes récoltes... et la paix

Dans un message transmis et lu à Popenguine, le Nonce apostolique, à Dakar, Monseigneur Michael Wallace Banach, a délivré le message de prière et d'espérance du Pape en ce lundi de Pentecôte. Le message papal s'est appesanti sur un dialogue interreligieux, sincère et constructif. Monseigneur Michael Wallace Banach a prié pour un hivernage pluvieux et de bonnes récoltes, pour la concorde, la paix et la solidarité. A l'en croire, Marie accueille tous les hommes.

MGR BENJAMIN NDIAYE AUX HOMMES POLITIQUES «L'Eglise invitée à s'impliquer dans le dialogue» «Toujours tenir un langage de vérité aux populations»

Les maux dont souffrent les Sénégalais et la société préoccupent l'Archevêque de Dakar, Mgr Benjamin Ndiaye. Face à la presse au terme de la messe, il a préconisé l'implication de tous les acteurs notamment les jeunes afin qu'ils prennent leur avenir en main. Il a aussi invité les acteurs politiques à toujours tenir un langage véridique aux populations. S'agissant du dialogue national initié par le Chef de l'État Macky Sall, l'Archevêque de Dakar de plaider pour des mesures et des actions concrètes.

ALY NGOUILLE NDIAYE, MINISTRE DE L'INTERIEUR «L'Eglise invitée à s'impliquer dans le dialogue»

Pour sa part, le ministre de l'Intérieur Aly Ngouille Ndiaye, à la tête de la délégation officielle, a appelé les chrétiens à un retour aux valeurs et fondamentaux de leur religion. Après avoir formulé aussi des prières pour un Sénégal de paix où règne une stabilité politique, le représentant du Chef de l'État y a invité l'Eglise à s'impliquer dans le dialogue national ; non sans rappeler que l'Eglise, à travers Notre Dame de la Délivrande de Popenguine, perpétue le salut éternel de l'humanité. En direction des élections locales, il a aussi invité l'Eglise à jouer sa partition et a demandé aux acteurs politiques de mette en avant l'intérêt général. Tout en mettant en avant la consolidation d'une diversité enrichissante, il a demandé aux fidèles chrétiens de s'inspirer des modèles de droiture cités plus haut pour les léguer aux générations actuelles et futures. En effet, le ministre de l'Intérieur, voit cette aspiration comme un sacerdoce, un engagement de tout fidèle, un modèle de vivre sa religion et son engagement citoyen. Il a rappelé les engagements du gouvernement pour les travaux des sanctuaires diocésains comme le sanctuaire marial de Popenguine et la Cathédrale Saint Antoine de Padoue à Ziguinchor.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.