11 Juin 2019

Cote d'Ivoire: Coopération Côte d'Ivoire-Portugal - Le Président portugais en visite d'Etat à Abidjan

SEM. Marcelo Nuno Duarte Rebelo de Sousa, Président de la République du Portugal, entame, aujourd'hui, une visite officielle de 48h à Abidjan.

Le but étant de donner plus de vitalité à la coopération entre son pays et la Côte d'Ivoire.

Le Chef d'Etat portugais effectue, à compter d'aujourd'hui, une visite officielle de deux jours à Abidjan, capitale économique de la Côte d'Ivoire. Il avait été précédé sur les bords de la lagune Ebrié, le 28 mai, par son ministre des Affaires étrangères, SEM. Agusto Santos Silva, pour préparer le terrain.

«Je suis là (... ) pour préparer la visite d'Etat du Président de la République portugaise qui se déroulera du 13 au 14 juin prochain», avait-il annoncé au cours de la 3e session de la Commission bilatérale ivoiro-portugaise qui s'est déroulée en sa présence et en présence de son homologue ivoirien, Marcel Amon-Tanoh.

A cette occasion, plusieurs accords avaient été signés entre la Côte d'Ivoire et le Portugal. «Les deux ministres ont convenu que la piraterie maritime dans le Golfe de Guinée est un frein au développement du trafic maritime et entendent mutualiser leurs efforts pour lutter efficacement contre ce fléau», indique le procès-verbal desdits accords.

Le 23 mai, une semaine plus tôt, c'est le nouvel ambassadeur du Portugal qui, en présentant ses lettres de créance au Président Alassane Ouattara, avait annoncé la couleur. Pour lui, l'arrivée du Chef de l'Etat portugais à Abidjan fait suite à celle de son homologue, Alassane Ouattara, effectuée à Lisbonne, du 13 au 14 septembre 2017. Mais, surtout, elle va marquer le point de départ d'une coopération plus accrue et davantage dynamique.

Une opportunité de croissance...

D'ailleurs, on se souvient que les relations entre la Côte d'Ivoire et le Portugal avaient pris une cure de jouvence, avec les nombreux accords que des membres de la délégation du Chef de l'Etat avaient signés au cours de sa visite d'Etat à Lisbonne, dans différents domaines. Entre autres, un mémorandum d'entente entre le ministère en charges des Ressources halieutiques de la Côte d'Ivoire et le ministère portugais de la Mer. Un autre avait été signé entre les ministères de la Culture des deux pays.

Mais s'il y a un accord dont les fruits profitent considérablement, aujourd'hui, aux Ivoiriens, c'est bien celui qui avait été signé entre le ministre Anne Ouloto et un collaborateur de Manuel Antonio Mota mandaté, pour la circonstance, pour le compte de la société Eco-Eburni SA, spécialisée dans la gestion des ordures ménagères.

«Depuis plusieurs mois, un appel d'offres international a été lancé pour recruter les entreprises les plus compétitives. Deux ont été retenues dont une portugaise. Nous sommes à Lisbonne pour signer une convention de délégation de service public de propreté du District d'Abidjan», avait déclaré la ministre Ouloto, membre de la délégation du Chef de l'Etat ivoirien au cours de sa visite au Portugal. Aujourd'hui, force est de reconnaître que la capitale ivoirienne est loin de ployer sous le poids des ordures ménagères, comme c'était le cas, il y a peu !

La Côte d'Ivoire est «un pays qui représente une opportunité en matière de développement durable et de croissance économique», avait reconnu SEM. Vitor Paulo Da Costa Sereno, après son audience avec le Président Ouattara, le 23 mai. Il est donc clair que la visite de 48h du Président Duarte Rebelo de Sousa va donner un coup de fouet aux relations entre la Côte d'Ivoire et le Portugal qui sera bénéfique aux deux pays.

Cote d'Ivoire

12e sommet d'affaires Etats Unis-Afrique au Mozambique

L'administration américaine et les gouvernements africains ont renouvelé leur détermination… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 Fratmat.info. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.