12 Juin 2019

Cote d'Ivoire: 108e session de la Conférence internationale du travail - Duncan plaide pour un développement à visage humain

L'Oit a ouvert le mardi 11 juin, à son siège à Genève, la 108e session de sa conférence internationale annuelle sur le travail. Elle est couplée avec la célébration du centenaire de l'organisation. Le vice-Président de la République s'est prononcé à la tribune officielle.

Le vice-Président, Daniel Kablan Duncan, qui participe à la 108e session de la Conférence internationale du travail ouverte, hier, au Palais des Nations de Genève, a profité de cette tribune que lui offre l'Organisation internationale du travail (Oit) pour partager la vision du développement que le gouvernement ivoirien a décidé de mettre en œuvre.

Cette vision, a-t-il souligné, promeut la dimension humaine. Il a invité les dirigeants du monde ainsi que l'Oit à toujours la mettre en avant. « Nous encourageons l'Organisation à poursuivre et à accélérer ses efforts en vue de renforcer le contrat social et de promouvoir le travail décent et durable dans un contexte de transformation continue et rapide de nos économies », a lancé le vice-Président du haut de la tribune.

En effet, pour lui, si du chemin a été parcouru dans le monde du travail grâce à l'Oit qui, du reste, célèbre, cette année, ses 100 ans d'existence, « nous devons être vigilants pour maintenir certains acquis ». Et d'ajouter : « Pour sa part, la Côte d'Ivoire qui a adhéré à l'Oit en 1960 s'est employée à en épouser les idéaux, les valeurs et les combats, dans l'optique de l'amélioration des conditions de travail et de vie de ses populations ».

Le vice-Président a évoqué, à cet effet, plusieurs initiatives et actions fortes que son pays a menées seul ou avec des partenaires tels que l'Oit. Il a cité notamment la révision du Code du travail qui a permis de traiter des questions essentielles telles que le harcèlement au travail et la lutte contre la précarité de l'emploi ; l'élaboration d'une stratégie nationale intégrée de transition de l'économie informelle vers l'économie formelle ; le passage du Smig au double et le retour effectif, à Abidjan, du Bureau régional pour l'Afrique de l'Oit en 2016. Ce qui reste, à son sens, l'une des avancées les plus emblématiques du pays sur le plan de l'amélioration du monde du travail.

Abidjan, par ailleurs, abrite, en décembre, la 14e réunion régionale africaine de l'Oit. « C'est le lieu ici de réitérer nos sincères remerciements à tous ceux qui ont contribué au retour de ce bureau qui permettra assurément de renforcer la coopération de la Côte d'Ivoire et de l'Afrique avec l'Oit », s'est-il félicité.

De la promotion du tripartisme

L'un des principes fondateurs de l'Oit est le tripartisme (gouvernement, employeur et travailleur). Selon Daniel Kablan Duncan, la Côte d'Ivoire est résolument engagée dans cette voie, en ce qui concerne sa politique de l'emploi et sa politique sociale. « Notre pays s'est résolument engagé dans la promotion du tripartisme, du dialogue social, du travail décent, de l'emploi, de l'emploi des jeunes et des femmes et de la lutte contre les pires formes de travail des enfants », a-t-il indiqué.

Cet engagement dans le tripartisme se traduit par la participation, à la présente conférence, de tous les acteurs concernés, à savoir, des membres du gouvernement dont le ministre de l'Emploi et de la Protection sociale, Pascal Abinan Kouakou et son collègue de l'Economie numérique et de la Poste, Claude Isaac Dé ; des acteurs du secteur privé dont le directeur exécutif du Patronat, Stéphane Aka-Anghui et un représentant des travailleurs, le président de la Confédération ivoirienne des syndicats libres (Cisl-Dignité), Elie Dago Boga.

Daniel Kablan Duncan a aussi insisté sur l'engagement du gouvernement à garantir une protection sociale au plus grand nombre. Celui-ci, a-t-il rappelé, a adopté, en 2014, une Stratégie nationale de protection sociale, avec pour objectif de construire progressivement un système qui renforce les capacités des ménages et des individus.

A cet effet, a-t-il détaillé, un accent a été mis sur le volet social, avec les dépenses pro-pauvres qui sont passées de 843 milliards de F Cfa en 2011 à 2 505 milliards en 2019, soit pratiquement le triple en huit ans. Pour accélérer cette dynamique, d'autres mesures importantes ont été prises: le programme de filets sociaux productifs, la Couverture maladie universelle (Cmu) qui est entrée en vigueur cette année et le programme social multisectoriel sur la période 2019-2020 d'un coût de 727,5 milliards de FCfa « qui vient compléter tous les efforts ».

Avant son intervention, le vice-Président a signé le livre d'or de l'Oit, comme l'ont fait tous les Chefs d'Etat et/ou de gouvernement qui ont effectué le déplacement de Genève. La Conférence internationale du travail, rappelons-le, est l'organe décisionnel le plus important de l'Oit. Elle réunit, chaque année, les délégations tripartites de tous les Etats membres de l'Organisation ainsi que plusieurs observateurs envoyés par des acteurs internationaux pour examiner une série de questions inscrites à son ordre du jour défini par le conseil d'administration du Bureau international du travail (secrétariat permanent de l'Oit Ndlr).

Cote d'Ivoire

12e sommet d'affaires Etats Unis-Afrique au Mozambique

L'administration américaine et les gouvernements africains ont renouvelé leur détermination… Plus »

Copyright © 2019 Fratmat.info. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.