12 Juin 2019

Mali: Tirs français contre un véhicule jugé suspect, 3 civils tués

Photo: Photo MINUSMA/Marco Dormino
Des enquêteurs de l'ONU accompagnés par des Casques bleus de la Mission des Nations Unies au Mali (MINUSMA) rencontrent des villageois dans le village a été attaqué dans le centre du pays en février 2019.

L'information a été révélée sur les réseaux sociaux. Les faits se seraient produits samedi dernier, sur l'axe Lerneb - Ras-el-Ma. L'état-major à Paris ne donne pas plus de précisions, mais confirme que 3 civils, dont un adolescent, ont bien été tués par un tir français dans la région ouest de Tombouctou.

Que faisait ce détachement de Barkhane à cet endroit ? L'état-major ne le révèle pas et ne donne aucune indication sur l'unité impliquée dans la mort de ces 3 civils. La zone proche du lac de Faguibine est connue pour être un secteur où opèrent des jihadistes d'Aqmi, et la région de Tombouctou est toujours considérée comme la zone d'action de la katiba al-Furqan.

En revanche, l'état-major précise que les militaires ont tiré sur un véhicule qualifié de « suspect », « qui avait refusé de se soumettre à un contrôle ». Après plusieurs tirs de sommation, le véhicule n'a pas obtempéré et les éléments français ont procédé à un tir destiné à le stopper.

« Le pick-up transportait une grande quantité de carburant dans des fûts transportés à l'arrière et a explosé entrainant la mort des occupants » assure l'armée française. Ce véhicule a-t-il été confondu avec une voiture suicide ? C'est très possible tant cette menace est fréquente dans la zone.

Début février, un véhicule vraisemblablement piégé avait explosé avant d'atteindre son objectif, à la périphérie de Tombouctou, et surtout le 10 mars dans le secteur d'Akabar, les soldats de Barkhane avaient échappé de peu à une attaque suicide. Un véhicule avait explosé à seulement 30 mètres faisant 6 blessés à des degrés divers.

Une attaque suicide a lieu toutes les trois semaines en moyenne dans la zone de responsabilité (AOR) de l'opération Barkhane. Toute apparition de véhicule à proximité des soldats a tendance à faire monter la tension.

Par ailleurs les militaires expliquent qu'ils doivent stopper le véhicule à une distance suffisante pour ne pas risquer d'être blessés par le souffle de l'explosion (les militaires appellent cela le rayon de létalité), mais généralement il n'y a qu'un seul conducteur à bord des véhicules-suicides, cette fois c'est une famille qui a trouvé la mort. Le père de famille âgé de 48 ans, un chauffeur de 19 ans, et un mineur de 12 ans, selon les réseaux sociaux.

En savoir plus

« Le cycle infernal de la violence doit être arrêté », déclare l'envoyé de l'ONU

Lors d'une réunion du Conseil de sécurité consacrée à la situation au Mali,… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.