12 Juin 2019

Cote d'Ivoire: Session du centenaire de l'OIT à Genève - Le vice-président Duncan prêche pour le multilatéralisme comme meilleur cadre pour la gestion des conflits

Présent le lundi 10 juin à Genève, à la tribune de l'Organisation Internationale du Travail (OIT) où se tient, du 10 au 21 juin, la 108ème Session de la Conférence internationale du Travail maquant le point d'orgue des célébrations du centenaire de l'organisation créée en 1919, le vice-président ivoirien, M. Daniel Kablan Duncan, s'est adressé aux nations, au nom du chef de l'Etat qu'il y représentait à l'invitation du Directeur général de l'OIT.

La déclaration du vice-président ivoirien, qui se situait dans le cadre précis de la célébration du centenaire de l'OIT, s'est faite cours d'une séance de haut niveau au Palais des Nations, le siège des Nations-Unies à Genève, où doivent se succéder plusieurs dirigeants du monde, du 10 au 21 juin. La Conférence internationale du Travail réunit chaque année des représentants des gouvernements, des employeurs et des travailleurs des 187 Etats membres que compte l'OIT afin d'élaborer des réponses aux enjeux majeurs du monde du travail, et la présente session du centenaire a pour mission d'orienter l'action de l'organisation au cours de son deuxième siècle d'existence.

Rappelant l'essentiel des acquis du monde du travail au cours du siècle dernier, le vice-Président de la République a indiqué que l'OIT, cette organisation « unique dans le monde par sa structuration tripartite » (Gouvernement-Employeurs-Salariés) doit fièrement arborer ses 100 ans d'existence, en ce qu'elle a su « accompagner les pays membres pour assurer un environnement du travail décent et de meilleures conditions de vie. » Pour l'avenir, il a proposé que « dans un monde en évolution de plus en plus rapide, il conviendrait que l'OIT préconise l'apprentissage et le perfectionnement des compétences tout au long de la vie comme moyen pour assurer la durabilité des emplois, et le multilatéralisme comme meilleur cadre pour la gestion des conflits liés aux défis actuels et futurs. »

Au nombre des avancées réalisées, le vice-Président a cité, entre autres : le doublement du Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti (SMIG) ; la mise en place des dispositifs spécifiques pour traiter les questions de l'accessibilité des jeunes à l'emploi et à l'entreprenariat ; la mise en place des programmes d'autonomisation des femmes par la réalisation d'activités génératrices de revenus ; l'élaboration d'une Stratégie nationale intégrée de transition de l'économie informelle vers l'économie formelle pour la transformation qualitative des emplois ; la révision du Code du Travail qui a permis de traiter des questions essentielles telles que le harcèlement au travail, la lutte contre la précarité de l'emploi, le renforcement de la sécurité et santé au travail, ainsi que l'amélioration de l'employabilité des jeunes.

Ce fut par ailleurs l'occasion pour le vice-Président ivoirien de réitérer les remerciements de la Côte d'Ivoire à tous ceux qui ont contribué au retour effectif à Abidjan du Bureau régional de l'OIT pour l'Afrique qui couvre 54 pays. Au premier rang des personnalités et officiels ivoiriens qui accompagnaient le vice-Président Duncan à cette tribune de l'OIT figuraient notamment les ministres Pascal Kouakou Abinan de l'Emploi et la Protection sociale et Claude Isaac Dé de l'Economie numérique et la Poste. Etaient également présents le patronat représenté par le Directeur exécutif de la Confédération générale des Entreprises de Côte d'Ivoire, M. Stéphane AKAAGHUI, et le monde des travailleurs représenté par le Secrétaire général de la Centre syndicale Dignité.

Passage obligé pour le vice-Président ivoirien avant sa déclaration devant la séance de haut niveau de la 108ème session de la Conférence Internationale du Travail, la signature du livre d'or du centenaire de l'OIT où il a marqué noir sur blanc, au nom du Président de la république, SE Alassane Ouattara, son souhait de voir l'OIT « relever les enjeux et défis liés à la mondialisation et aux changements climatiques ». Au cours de la même journée du 10 juin, le vice-Président de la république s'est entretenu en début l'après-midi, au siège du Bureau International du Travail, avec la présidente de la 73ème Session de l'Assemblée générale des Nations-Unies, Mme Maria Fernanda Espinosa Garcés, quatrième femme élue à ce poste depuis la création de l'ONU, alors qu'elle était ministre des Affaires étrangères de l'Equateur. Les échanges entre les deux personnalités ont porté sur plusieurs questions d'actualité, notamment la gouvernance mondiale et multilatéralisme, le climat, la sécurité, et la coopération Sud-Sud. Le vice-Président de la République a regagné, hier, Abidjan

Cote d'Ivoire

21e Sommet de l'Uemoa/Alassane Ouattara - "Ce que sera l'Eco, la monnaie unique"

Au terme du 21ème Sommet des Chefs d'Etat et de gouvernement de l'Uemoa, le Président Alassane Ouattara… Plus »

Plus de: Patriote

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.