Burkina Faso: Apurement des impayés des producteurs - L'UNPCB, reconnaissante au gouvernement

L'administration de l'UNPCB a rassuré les producteurs de la bonne répartition de l'aide gouvernementale.

L'Union nationale des producteurs du Burkina (UNPCB) a tenu, le lundi 10 juin 2019, à son siège à Bobo-Dioulasso, une assemblée générale d'information et de sensibilisation des producteurs à la subvention du gouvernement à l'apurement des impayés internes et externes.

La faîtière des producteurs de coton s'est engagée à mettre tous les cotonculteurs au même niveau d'information en ce qui concerne l'actualité cotonnière et l'organisation pratique de la campagne 2019-2020. Pour cela, une assemblée générale a été organisée, le lundi 10 juin 2019 à Bobo-Dioulasso par l'Union nationale des producteurs du Burkina (UNPCB), afin d'informer les producteurs du soutien financier du gouvernement en vue d'absorber les impayés qui pèsent sur certains producteurs.

Il s'est agi, au cours de cette rencontre, qui a regroupé des délégations venues de différentes zones cotonnières (SOFITEX SOCOMA et FASO COTON), d'échanger autour de divers points en lien avec la production en cours. La qualité des intrants, le relèvement du prix plancher du coton graine, la répartition de l'aide accordée par le gouvernement, ont, entre autres, été au cœur des débats.

De façon globale, les producteurs ont salué l'implication effective de l'exécutif dans la relance de la production cotonnière. Pour le président de l'UNPCB, Bambou Bihoun, l'Etat a joué sa partition, reste à ce que les producteurs relèvent le défi de la production massive. Face aux présidents provinciaux, M. Bihoun a rassuré que des dispositions sont mises en place pour «sauver» la filière coton et les cotonculteurs.

Le devoir de rendre compte

Les présidents provinciaux se sont engagés à produire en quantité.

«Mon équipe et moi ne sommes que des envoyés que vous avez mandatés pour piloter l'union. Ainsi, nous avons le devoir de vous rendre compte du travail qui est fait dans le cadre du partenariat avec le gouvernement, les sociétés cotonnières et les institutions financières», a déclaré le président de l'UNPCB.

Dans la même dynamique, le coordonnateur de l'UNPCB Kalou Millogo a fait savoir que plusieurs rencontres ont été organisées avec les sociétés cotonnières et le gouvernement, en vue d'apporter des réponses aux préoccupations des producteurs. Toute chose qui, selon lui, s'est soldée par l'organisation de l'atelier national de relance de la production, la mise en place d'un comité de haut niveau composé des ministères en charge du commerce ; de l'agriculture ; de l'économie et de celui de l'environnement.

A côté de cette instance, il y a le conseil des sages qui réunit les anciens patrons de la SOFITEX et de l'UNPCB, dirigé par Célestin Tiendrebéogo. Aussi le coordonnateur Millogo a indiqué que pour décharger les producteurs, le gouvernement a consacré plus de 11 milliards pour éponger définitivement les dettes de 2017 à 2019.

Pendant ce temps, les sociétés cotonnières ont octroyé plus de deux milliards pour subventionner le prix de cession des insecticides et que l'Association interprofessionnelle du coton du Burkina (AICB) a œuvré à la hausse du prix du coton graine. Les producteurs qui ont pris part à la rencontre ont salué les efforts du gouvernement et ont souhaité une bonne répartition des aides octroyées.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.