Burkina Faso: Les militaires et policiers radiés mécontents du mutisme des autorités

Le 23 mai 2018 le Haut conseil pour la réconciliation de l'unité nationale (HCRUN) a élaboré des propositions pour la résolution des problèmes des militaires et policiers radiés. Et le 23 juin 2018, le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré a dit sur les antennes de la radio Savane Fm : « pour ce qui concerne le dossier des militaires et policiers radiés de 2011, un travail est en train d'être fait par le HCRUN et je crois que dans les jours à venir il va nous fournir des résultats probants ; ceux qui devront y retourner le feront, ceux qui ne bénéficient pas de cette mesure seront aussi accompagnés dans leurs activités... ». Autre fait, le gouvernement a fait une sortie médiatique à l'issue d'un conseil de cabinet tenu le 23 octobre 2018 disant qu'au plus tard le 15 novembre 2018, le HCRUN devrait transmettre un document final au gouvernement qui sera examiné et introduit en conseil de ministres pour son adoption.

En plus de cela, lors de sa déclaration politique générale, le premier ministre Christophe Marie Joseph Dabiré a dit vouloir faire de ce dossier sa priorité. Les militaires et policiers radiés ne savent plus que croire. Ils se questionnent sur le but de la mise en place de certaines institutions, et ne savent plus à quel régime croire.

Selon la délégation des militaires et policiers radiés de 2011, des familles se sont disloquées à cause de cette situation et, des enfants sont déscolarisés faute de moyens. Pour eux quatre demandes d'audiences ont été déposées à la primature, une au ministère de la sécurité, deux à l'Assemblée nationale et deux à l'Archevêché, mais aucune d'elles n'a été accordée. La délégation a également émis deux demandes d'autorisations d'occupation de l'espace public à la mairie centrale de Ouagadougou, là aussi ils se voient leurs demandes rejetées. La délégation dit ne plus comprendre de tels agissements de la part des autorités.

Ousséni Bambara, délégué des militaires et policiers radiés a laissé entendre que le dimanche 9 juin 2019, le gouvernement par le biais du HCRUN a promis que leur situation sera réglée au plus tard à la fin de ce mois de juin. La délégation dit croiser les doigts et attend la fin de ce mois pour voir si la situation sera réglée. Elle demande par ailleurs à la presse de les aider à faire savoir tout ceci à l'opinion publique.

En rappel, suite aux mutineries de 2011 plus de 700 militaires et policiers avaient été radiés des rangs de l'armée et de la police.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Fasozine

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.