Congo-Kinshasa: SFK 2019 - Les perspectives économiques de la RDC mises en avant

Pour mettre davantage en valeur la promotion et le développement des échanges entre les entreprises françaises et congolaises, la Semaine française de Kinshasa a ouvert ses portes pour la 6ème fois ce mercredi 12 juin 2019.

Pendant quatre jours, les chefs d'entreprise, investisseurs et entrepreneurs vibrent autour de cet évènement économique majeur organisé par la Chambre de Commerce et d'Industrie Franco-Congolaise (C.C.I.F.C.). Autour de conférences et d'ateliers pratiques, la semaine Française de Kinshasa se propose d'aborder, cette année, les perspectives économiques du pays. Elle met l'accent sur l'actualité des entreprises et sur le climat des affaires. Le ton de chacune des éditions, loin de tout angélisme, se veut lucide, pragmatique mais aussi optimiste : ce que l'on ambitionne pour demain se travaille ensemble et aujourd'hui.

"Nous voulons continuer à être au Congo, le point d'entrée privilégié pour les entrepreneurs qui veulent étendre leurs marchés, accroître leur capacité à innover, être leur point d'information, de formation, mais aussi et surtout leur accompagnateur par la mise en relation ainsi que la mise à disposition d'outils leur permettant d'élaborer des plans d'actions à mettre en œuvre sur les marchés ambitionnés", a déclaré M. Ambroise Tshiyoyo, président de la C.C.I.F.C., lors de l'inauguration de la SFK 2019, précédée de l'ouverture du village exposants par les officiels.

Devant l'Ambassadeur de la France en RDC, les Ministres, le Président National de la FEC et plusieurs invités de marque, le Premier Ministre Bruno Tshibala, représentant du Chef de l'Etat, a officiellement donné le go de cette sixième édition. "La RDC comme la plupart des pays africains, est tributaire et très sensible au comportement des cours de matières premières", pose-t-il comme problème majeur. Il faudrait donc, selon lui, une diversification bien pensée et par la transformation sur place avec la création d'une classe moyenne et d'un tissu économique solide, capable d'assurer une vraie résilience face à tous les aléas des cours des matières premières. D'où, l'importance de la Semaine française de Kinshasa, tenue cette année sous le thème : «Diversification et transformation : un nouvel élan économique».

Facilitateurs de l'internationalisation

Pour la Chambre de commerce, la volonté est de continuer à être des facilitateurs de l'internationalisation, des accélérateurs et des réducteurs de risques. Etre pour les entrepreneurs des tiers de confiance, en RDC, mais aussi en France.

L'Ambassadeur Français François Pujolas a laissé entendre que "nous avons voulu engager une nouvelle page de notre partenariat, la relation étant ancienne. Elle a connu un point fort récent sur le plan politique d'abord. Les deux présidents se sont rencontré, se sont écrit. Le ministre des affaires étrangères français est venu le 20 mai dernier à Kinshasa et le fait de notre communion s'est matérialisé par une déclaration conjointe qui ne résume pas notre relation bilatérale mais qui fixe un certain nombre de point (... ) ".

A ce jour, les pans entiers de l'économie congolaise restent non exploités. La filière Agro-industrielle reste embryonnaire, il n'existe pas d'industrie touristique, ni manufacturière. Il n'y a aucune pêcherie industrielle organisée alors que dans nos rivières et nos lacs, les poissons meurent de vieillesse. Mais surtout aucune industrie forestière pour un pays qui a la plus grande réserve mondiale : la norme environnementale permet de produire 10.000.000 de m³ annuellement, nous n'en produisons que 300.000. C'est ce que fait remarquer la C.C.I.F.C.

Diversifier les sources de revenus

Pour pallier cette situation, il faut, en effet, diversifier les sources de revenus et installer une chaine de valeur pour intégrer la plus grande tranche de la population dans la chaine de production et créer une véritable classe moyenne congolaise qui va assurer une croissance durable et inclusive.

"Ce que nous demandons aux dirigeants, c'est de préserver le climat des Affaires en assurant la sécurité juridique et judiciaire afin de permettre au secteur privé, créateur des richesses et d'emplois de jouer pleinement son rôle d'accélérateur de développement", avance M. Tshiyoyo. Nous l'avons dit, poursuit-il, il existe bel et bien une volonté politique affirmée à lutter contre la corruption et assurer en toute neutralité l'égalité de tous devant la loi pour les Congolais et ceux qui ont choisi le Congo comme terre d'accueil.

Selon lui, la tenue des élections libres et démocratiques, sanctionnées par l'élection à la magistrature suprême de Félix Tshisekedi et la passation du pouvoir réellement pacifique et civilisée qui s'en est suivie, a permis à la classe politique et au peuple congolais de se réconcilier et de poser une base solide pour un Congo nouveau résolument tourné vers l'avenir, avec une ferme volonté de faire participer, avec l'appui des partenaires de tout bord, l'ensemble du peuple congolais à la création des richesses et à la distribution équitable du revenu national brut.

"C'est donc d'abord et avant tout à la question de justice sociale, suscitée par la foi en l'alternance comme mode de gouvernance, que nous sommes tous confrontés", dit le président de la C.C.I.F.C.

Il s'agit ici de réfléchir ensemble sur la possibilité de créer des ressources financières additionnelles et variées susceptibles de stabiliser de manière pérenne le cadre macro-économique et réaliser ainsi la résilience et l'inclusivité de notre économie.

CCIFC en tant qu'instrument officiel

Cette chambre est une chambre bilatérale et a pour mission essentielle l'amélioration qualitative et quantitative de l'offre économique de la France en RDC, et la mise en valeur du savoir faire congolais. Deux pays qui ont des affinités culturelles liées à l'usage en commun de la langue française et qui entretiennent des relations institutionnelles de plus en plus excellentes comme en témoigne le ballet diplomatique observé ces derniers mois.

Et, en tant que tel, la CCIFC se positionne comme l'instrument officiel de la coopération économique entre la France et la RDC, même si à ce jour le volume des transactions commerciales entre nos deux pays ne reflètent ni l'excellence de nos relations institutionnelles, ni la qualité des affinités culturelles.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.