Congo-Kinshasa: Steve Kivwata - « FCC-CACH est une coalition contre nature »

Mardi 11 juin 2019, dans le beau cadre de la Halle de la Gombe, à Kinshasa, la Radio France Internationale, RFI en sigle, a enregistré l'une de ses émissions les plus suivies par ses fidèles auditeurs. Il s'agit bien de "l'appel sur l'actualité", présentée par le journaliste Franco-espagnol Juan Gomez.

Ladite émission avait planché sur plusieurs questionnements. Notamment, "l'alternance en RD. Congo, une illusion ?" Cinq mois après la première alternance politique pacifique de l'histoire de la RD. Congo, le peuple congolais est-il convaincu par les premiers pas du Président Félix Tshisekedi ? Minoritaire au Parlement et dans les Assemblées provinciales, le nouveau Président peut-il incarner la rupture du mariage avec son prédécesseur Joseph Kabila ? Pour répondre à toutes ces questions, trois hauts cadres de la politique congolaise étaient invités. A l'occurrence le porte-parole de la plateforme Lamuka, Steve Kivwata, qui, en face, avait deux cadres de la coalition FCC-CACH.

Selon le premier cité, le peuple congolais réclame la vérité des urnes, en procédant par le comptage des voix bureau de vote par bureau de vote. Au sujet du mariage entre FCC- CACH, celui-ci affirme que «Cette coalition est contre nature parce qu'aujourd'hui, nous sommes en train de le constater. Avoir une coalition au pouvoir à travers laquelle les militants sont en train de contester la même coalition, ça n'existe nulle part, nous avons une coalition où les forces politiques ne travaillent pas ensemble, n'ont jamais été mis en commun, ils n'ont jamais mis en commun leurs Députés parce que jusqu'aujourd'hui, on considère que la majorité parlementaire appartient au FCC seulement, non à la coalition FCC-CACH».

Par ailleurs, il a fait savoir que cette coalition n'a pas la même vision. « Ils n'ont jamais eu une vision commune, même si monsieur François Muamba a voulu nous inventer qu'ils discutent sur le même programme, mais nous savons qu'ils n'ont jamais discuté sur le programme, et la conséquence aujourd'hui nous le voyons... comment est-ce qu'ils se dribblent mutuellement et les dernières ordonnances sont des exemples éloquents pour montrer qu'ils n'ont rien en commun en dehors de leur nature de ne pas savoir respecté les textes ».

Au sujet du retard enregistré dans la publication du nouveau gouvernement, le porte-parole de Lamuka estime que c'est un problème de partage des postes puisqu'ils n'ont rien en commun. « Le retard que nous connaissons pour la mise en place du gouvernement et même pour la désignation du Premier ministre démontre à suffisance que nous avons une coalition composée de deux camps politiques qui n'ont rien en commun, en dehors de leur souci de faire un partage des postes ; ce qui bloque c'est le problème de partages des postes», a-t-il dénoncé.

A l'en croire, les ordonnances "inconstitutionnelles" du Chef de l'Etat, c'est un problème de partage des postes, ce dernier a voulu dribbler le FCC, en attendant que Ilunkamba soit investi. Il l'a argumenté en ces termes : « Il sait que le FCC doit lui imposer le partage des postes au prorata de ce qu'il a comme des Députés au niveau de l'Assemblée nationale, c'est ça le problème effectivement, nous irons de blocage en blocage, malheureusement, c'est le peuple congolais qui va en souffrir, il y aura continuité de la souffrance du peuple congolais, au lieu qu'aille vers l'avant, nous allons malheureusement reculer, peut-être Joseph Kabila sera moins mauvais que Félix Tshisekedi, Félix sera pire que Kabila ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.