Ile Maurice: Kailash Ramdharry - «Les Rs 25 000 par tonne de sucre ne correspond pas à notre demande»

Un membre du Mouvement des petits planteurs, Kailash Ramdhary, estime que le ministre des Finances veut leurrer la communauté des planteurs en annonçant qu'ils obtiendront Rs 25 000 pour chaque tonne de sucre. «Notre demande était de Rs 2 500 pour chaque tonne de canne et, avec cette mesure budgétaire, les petits planteurs continueront à souffrir.»

Kailash Ramdhary démontre en détail comment les petits planteurs continueront à avoir des difficultés avec la culture de la canne. Avec un taux d'extraction de 10 % (et là il explique qu'il est décidé par les établissements), il faut entre 14 et 15 tonnes de canne pour produire une tonne de sucre. Les dépenses pour récolter une tonne de canne varient entre Rs 1 400 et Rs 1 500. Le coût pour 15 tonnes de cannes tourne autour de Rs 21 000. Cela fera donc un profit de Rs 4 000 par tonne de sucre.

Investissement de Rs 50 000

De plus, poursuit-il, un planteur doit investir au départ la somme de Rs 50 000 dans chaque arpent de canne. Cet investissement va durer cinq ans car le planteur devra ensuite préparer à nouveau son terrain pour de nouvelles boutures. Il faut donc compter Rs 10 000 supplémentaires chaque année pour produire deux tonnes de sucre.

Kailash Ramdharry ajoute que les petits planteurs avaient réclamé Rs 2 500 par tonne de cannes car ils savent qu'il y a d'autres sous-produits de la canne qui sont exploités avec de gros profits. «On ne parle plus de mélasse aujourd'hui, mais de value-added molasses, avec laquelle on produit de l'éthanol, du fertilisant liquide, de l'alcool spécial, du rhum et surtout du parfum dont on connaît le prix sur le marché local. Sans oublier la paille de canne, utilisée pour l'énergie.» C'est pour cela que les petits planteurs veulent que ce soit le prix de la canne qui soit considéré et non celui du sucre.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.