13 Juin 2019

Sénégal: Appel à témoins dans l'affaire des contrats pétroliers - Serigne Bassirou Gueye convoque Aliou Sall, Frank Timis, Mayeni Jones, Ousmane Sonko et cie

Le Procureur de la République, Serigne Bassirou Gueye, était très attendu sur le dossier pétrolier. Face à la presse, dans le cadre de cette affaire hier, mercredi 12 juin, il a lancé un appel à témoins afin que toutes les personnes concernées par le dossier puissent comparaitre. Par la même occasion, il a assuré qu'aucun traitement de faveur ne sera fait dans cette affaire qu'il diligentera avec équité.

Sa prise de parole était attendue. Le Procureur de la République, Serigne Bassirou Gueye, puisque c'est de lui qu'il s'agit, est enfin sorti de sa réserve pour se prononcer sur plusieurs dossiers brulant dont celui des contrats pétroliers et gaziers. S'exprimant sur ce qu'il a qualifié de «rumeurs», «commentaires», «accusations» et «dénonciations» se rapportant aux contrats pétroliers et gaziers signés par le Sénégal, le chef du parquet a demandé à tous «les sachants», tous ceux qui détiennent des informations, des documents, des renseignements à s'adresser à la Division des investigations criminelles (Dic) choisie pour mener les enquêtes.

Le Procureur de la République informe ainsi que des instructions ont été données à la Dic aux fins de mener une enquête complète et approfondie sur la réalité, au nom de toutes ces accusations de malversations, de compulsions, de conflits d'intérêt. Comme il en est ainsi, le Procureur de la République invite, avec une particulière insistance, tous ceux qui ont eu à émettre des connaissances sur le pétrole, des personnes qu'il a qualifiées «de grands connaisseurs des affaires du pétrole et du gaz» à aider à l'éclatement de la vérité.

Faisant remarquer que le chef de la Division des investigations criminelles a été «instruit» de n'épargner personne, de ne négliger aucune information, de ne sous-estimer aucun témoignage, de ne laisser en rade aucun document, aucune source, Serigne Bassirou Gueye a révélé qu'Aliou Sall fera face aux enquêteurs. L'homme d'affaire britannique Frank Timis sera également interrogé, informe le chef du parquet. Mieux, il trouve que l'enquête ne sera pas sérieuse si ces deux personnes mis en cause ne sont pas interrogées. S'agissant de la journaliste de BBC, Moyeni Jones, le Procureur de la République indique que sa comparution volontaire sera appréciée par la justice. Le cas échéant, une convocation à des fins de comparaitre lui sera décernée.

TOUTES LES PERSONNES QUI PARLENT DU PETROLE N'OSERONT PAS SE PRESENTER A LA DIC, SELON SERIGNE BASSIROU GUEYE

S'agissant, par contre, de l'audition de Karim Wade, cité dans l'affaire, le Procureur de la République donne la garantie que la justice appréciera de sa nécessite, au moment opportun. Serigne Bassirou Gueye donne toutefois la garantie que toute personne désireuse de porter un témoignage utile, pourra le faire à la Dic. Par contre, il trouve que tout le monde n'ira pas là-bas, à cause de la dextérité et du professionnalisme des enquêteurs de cette structure qui savent, dit-il, distinguer la bonne graine de l'ivraie. Aucun favoritisme ne sera fait dans les enquêtes, si l'on en croit le Procureur.

Et, espère-t-il, tous ceux qui ont entretenu le débat sur le pétrole iront répondre à l'appel des enquêteurs. «J'espère qu'ils viendront. Je me demande comment peut-on entretenir le Sénégal pendant des mois voire des années sur un sujet, aujourd'hui, on vous donne l'occasion de vous exprimer de façon officielle, d'aider une enquête à établir la vérité, qu'on ne le fasse pas ? Je ne peux pas envisager que quelqu'un ne puisse se déplacer à la Dic», se demande-t-il.

Dans cette quête de vérité, le parquet a aussi donné instruction à la Section de recherches de la Gendarmerie nationale de mener des enquêtes afin de mettre la main sur les diffuseurs du rapport de l'Inspection générale d'Etat (Ige) publié dans les médias et que les autorités étatiques disent n'avoir pas reçu. Si toutefois les coupables sont identifiés, les dispositions de l'article 223 du Code pénal, comme les dispositions de la loi sur les archives leurs seront appliquées, prévient le maître des poursuites.

SERIGNE BASSIROU GUEYE ECARTE TOUT PARTI PRIS

La question n'a pas échappé aux journalises. Serigne Bassirou Gueye a été interrogé sur ses capacités à mener convenablement l'enquête, à cause des personnalités citées dans le dossier. Répondant aux questions de la presse, le Procureur de la République a déclaré qu'il ne souffre d'aucun doute que l'investigation sera bien menée. «J'ai convoqué la presse et il est rare d'avoir un aussi grand nombre de caméras dans notre salle de conférence. Nous avons les coudées franches. Ce qui nous a été demandé, c'est de faire une enquête complète pour élucider les Sénégalais. Même si le Procureur tentait de bloquer l'enquête, vous serez-là. Ce n'est pas une information qui est seulement à la disposition de la Douane, de la Gendarmerie ou des agences de l'Etat. C'est une information pour laquelle, chaque composante de l'Etat a dit en savoir quelque chose».

Le Procureur de la République, Serigne Bassirou Gueye, a été aussi interpellé sur les lenteurs notées dans l'implication de la justice dans ce dossier évoqué depuis 2017. En réponse, il ironise: «quand ça va vite, on dit que c'est Khalifa Sall et si c'est lent, c'est Aliou Sall. Ce qui est important, ce n'est pas qu'il est un Sall ou l'autre.» Mieux, Serigne Bassirou Gueye souligne que le Procureur ne peut pas s'autosaisir, à tout-va.

«Maintenant, la mode au Sénégal, c'est l'auto saisine. Pour se faire une publicité, il faut créer son parti politique et le lendemain attendre qu'une vache meugle pour saisir le Procureur d'une dénonciation. Et puis dire que le Procureur a été saisi, il n'a pas réagi. Le Procureur ne peut pas faire ça. Nous agissons sur la base de faits précis. Les plaintes dont on parle, ne sont accompagnées d'aucune documentation. Les dénonciations en question, ne sont accompagnées d'aucune explication. Aujourd'hui, nous estimons que le moment est venu où nous avons l'ensemble de faisceaux qui puissent nous permettre de saisir l'enquêteur».

La rapidité du traitement de ce dossier sur le pétrole déprendra de l'enquête signale le procureur de la République. «Vous voulez que le dossier soit rapide, ça dépendra; parlez à ces connaisseurs, ça dépendra de la rapidité avec laquelle, ils iront alimenter les enquêteurs de la Dic», tonne-t-il.

DETOURNEMENT AU COUD : Serigne Bassirou Gueye déchire le rapport de l'Ofnac

A la fin de l'enquête, les éléments de l'Office national de lutte contre la fraude et la corruption (Ofnac), sont arrivés à la conclusion de détournement sur deux montants, informe le Procureur de la République, Serigne Bassirou Gueye, lors de son face à face avec la presse, hier mercredi. Le premier porte sur une somme de 127.837.530 F CFA qui pour lui pouvait être imputée au commissaire-priseur qui était chargé de vendre le matériel réformé du Centre des œuvres universitaires de Dakar (Coud). Le second élément qui met en cause l'actuel ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche et ancien directeur du Coud, Cheikh Oumar Hann, aussi bien que le chef du service de l'approvisionnement et l'agent comptable du Coud, porte sur un montant de 82 ou 89 millions, selon des pages du rapport.

Dans cette seconde affaire, la difficulté, selon Serigne Bassirou Gueye, c'est qu'il est dit que le chef du service de l'approvisionnement a encaissé l'argent auprès de l'agent comptable et a effectué les dépenses. Il s'est avéré, dès lors, difficile de parler de détournement, dès l'instant que le document a évoqué des dépenses, soutient le parquetier. L'autre difficulté, relève Serigne Bassirou Gueye, c'est que le directeur du Coud de l'époque cité dans cette affaire n'a pas été informé de l'existence du rapport afin qu'il puisse donner ses explications, comme le requiert la justice. Le rapport ne lui a pas été encore communiqué, de même que les personnes qui étaient en train d'exécuter ledit marché, si l'on en croit Serigne Bassirou Gueye. C'est sur cette base, dit-il, que le parquet a décidé d'un retour du rapport à l'envoyeur qui est l'Ofnac.

S'agissant du montant de 127 millions de F CFA, la personne sur qui pèse la charge a été entendue et a donné ses explications. Serigne Bassirou Gueye promis qu'il communiquera sur les dossiers de l'Ofnac qui font déjà l'objet d'un document synoptique de 14 pages déjà, pour un total de 17 rapports.

SERIGNE BASSIROU GUEYE SUR L'AFFAIRE FALLOU SENE : «Je saisirai le commandant de la brigade prévôtale, dès ce jeudi»

«Le dernier dossier que j'évoquerai est relatif à l'affaire Fallou Sène du nom de l'étudiant qui, le 13 mai 2018 à la suite des échauffourées qui ont eu lieu au campus de l'UGB, le décès de Fallou Séne, a été porté à l'attention du Procureur de Saint-Louis suite à cet incident. Après enquête, celui-ci a transmis le PV numéro 535 de la Brigade territoriale de Saint-Louis. Comme vous le savez, quand un militaire dans l'exercice de ses fonctions est suspecté d'avoir commis une infraction, il y a une formalité particulière. C'est pour cette raison qu'après le temps long ou court pris par le parquet de Dakar pour traiter ces questions de façon très professionnelle, nous avons soumis aux autorités de la Gendarmerie nationale une demande d'ordre de poursuivre. L'ordre de poursuite nous est parvenu, il y a quelques jours. Dès demain, (aujourd'hui jeudi 13 juin, ndlr) je saisirai le commandant de la Brigade prévôtale pour poser l'acte suivant de la procédure. Le moment venu, vous serez édifiés», a assuré le Procureur de la République Serigne Bassirou Gueye, face à la presse hier mercredi.

AFFAIRE DES 94 MILLIARDS : Le procureur a reçu la plainte du Pasteef

«J'ai reçu une plainte parlant des 94 milliards. L'Assemblée nationale s'est saisie de l'affaire. Pour ne pas faire désordre, nous attendons qu'elle finisse son travail. Et, le moment venu, nous aviserons. Nous n'avons pas été saisis par Ousmane Sonko, mais par le parti Pasteef qui nous a saisis. Je dois le préciser. L'entête de la plainte est du Pasteef. La signature est du président du Pasteef. Nous considérons que c'est une plainte de Pasteef qu'il va valoir apprécier. De toute façon, nous tenons que la lumière soit faite dans ce dossier», a dit Serigne Bassirou Gueye, le Procureur de la République qui faisait face à la presse, hier mercredi.

Sénégal

CAN Egypte 2019 - Nigeria-Tunisie ce mercredi pour la troisième place

Les Aigles de Carthage de la Tunisie affrontent les Super Eagles du Nigeria, ce mercredi 17 juillet, à 20 heures,… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.