Afrique: Les compensations carbone ne nous sauverons pas

communiqué de presse

Acheter des crédits de carbone en échange d'une conscience saine alors que vous prenez l'avion, achetez des voitures diesel et alimentez vos logements en combustibles fossiles est remis en question par des personnes préoccupées par les changements climatiques.

Scientifiques, militants et citoyens inquiets ont commencé à exprimer leurs préoccupations quant à la façon dont les pollueurs ont utilisé les compensations d'émissions de carbone comme un moyen de passer inaperçu. Nos émissions annuelles doivent baisser à hauteur de 29 à 32 gigatonnes d'équivalent en dioxyde de carbone (CO2e) d'ici 2030 pour que nous ayons une chance de rester en dessous des 1,5 ° C d'augmentation des températures. À savoir une multiplication par cinq des objectifs actuels.

Le Secrétaire général des Nations Unies est le premier à exhorter tout le monde à agir. « Nous faisons encore trop peu, nous ne bougeons pas assez vite, pour prévenir des perturbations climatiques irréversibles et catastrophiques », a-t-il déclaré.

Des systèmes de compensation des émissions de carbone ont été mis en place pour permettre aux plus gros pollueurs dépassant les niveaux d'émission autorisés de financer des projets, tels que le reboisement, qui réduisent le dioxyde de carbone (CO2) dans l'air, équilibrant leurs émissions.

Les types de projets de compensation de carbone mis en œuvre sont divers. Ils vont des projets de séquestration forestière (qui éliminent le CO2 de l'atmosphère lorsque des arbres sont plantés) aux projets d'efficacité énergétique et aux énergies renouvelables (qui réduisent les futures émissions de CO2 dans l'atmosphère).

Les opérations d'ONU Environnement sont neutres en carbone depuis 2008, en partie grâce à l'achat de crédits carbone. Depuis lors, l'organisation a également réduit ses émissions de 35%. De nombreuses organisations et particuliers achètent des crédits carbone pour compenser les émissions de gaz à effet de serre liées aux voyages, principalement les déplacements en avion.

Les compensations de carbone sont utiles tant que les infrastructures et l'industrie continuent à effectuer leur transition vers une mobilité électrique, des énergies alternatives et de nouvelles technologies nécessaires à des modes de vie sobres et neutres en carbone. Lorsqu'il n'y a pas d'alternative viable à court terme, un système de compensation promet d'annuler les émissions à un endroit et de prendre des mesures de réduction des émissions dans un autre.

Cependant, la réalité est loin d'être aussi claire.

Les compensations ne sont qu'une partie de la réponse

La crise climatique est maintenant considérée comme la menace existentielle la plus grave. 50 % des polluants entraînant des changements climatiques ont été relâchés dans notre atmosphère, provenant de centrales électriques, de voitures, de l'agriculture, depuis 1990, et cette quantité augmente chaque seconde.

Si nous voulons réellement éviter des changements planétaires catastrophiques, nous devons réduire les émissions de 45 % d'ici 2030. Les arbres plantés aujourd'hui ne peuvent pas pousser suffisamment vite pour atteindre cet objectif. Et les projets de compensation de carbone ne pourront jamais freiner la croissance des émissions, tout en réduisant les émissions globales, si des centrales à charbon continuent à être construites, si des voitures à essence continuent à être achetées et si la population mondiale croissante continue à consommer comme elle le fait aujourd'hui.

Cela ne veut pas dire que les projets de compensation de carbone devraient cesser, bien au contraire. Nous devons continuer à planter des arbres et à protéger les forêts et les tourbières. Les projets d'énergie renouvelable et d'efficacité énergétique sont essentiels et les systèmes de compensation jouent un rôle important dans leur financement et leur augmentation.

Nous devons toutefois déterminer de quelle manières ces mesures reflètent le coût réel des émissions et l'urgence de leur réduction. Ce ne peut pas être simplement un modèle où un est égal à un. Si le coût d'une tonne de CO2 séquestré est le prix d'un crédit-carbone, il nous reste à obtenir la réduction des émissions de 45% manquante, ainsi que l'augmentation future prévue.

Shoa Ehsani, un responsable d'ONU pour l'environnement qui surveille de près l'empreinte carbone de l'organisation, a déclaré que la prise en compte de la compensation de carbone a été lente. « L'une des raisons pour lesquelles les compensations n'ont pas été vendues est que le Protocole de Kyoto et l'Accord de Paris ne sont pas exécutoires. Les principaux acheteurs de compensations sont censés être des pays qui tentent d'atteindre les objectifs qu'ils se sont engagés à atteindre. Si les pays du G20, responsables de 81% du total des émissions, doivent atteindre leurs objectifs, les compensations restent un mécanisme important pour eux, à moins de gérer eux-mêmes une réduction de 45% des émissions (ce qui serait fantastique). »

Les projets qui compensent les programmes soutenus sont vitaux : des arbres doivent être plantés, les forêts existantes et les tourbières qui retiennent et absorbent le carbone doivent être protégées. Les projets d'énergie renouvelable et d'efficacité énergétique sont essentiels et les systèmes de compensation peuvent jouer un rôle dans la fourniture d'un financement et de mécanismes à un rythme et à une échelle suffisants.

Un outil pour accélérer l'action climatique

Les compensations risquent également de donner l'illusion dangereuse d'un « correctif » qui permettra à nos émissions énormes de continuer à croître.

« ONU Environnement soutient les compensations de carbone en tant que mesure temporaire jusqu'à 2030 et en tant qu'outil pour accélérer l'action climatique », a déclaré Niklas Hagelberg, spécialiste du climat à ONU Environnement. « Cependant, ce n'est pas une solution miracle, et le danger est que cela peut conduire à la complaisance. Le rapport d'octobre 2018 du groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat a clairement montré que, si nous voulons avoir un quelconque espoir de freiner le réchauffement planétaire, nous devons absolument réduire les émissions de carbone : passer à l'électricité, adopter les énergies renouvelables, manger moins de viande et gaspiller moins de nourriture. »

« Pour obtenir le soutien populaire en faveur de la décarbonisation, le public doit être informé des effets positifs de la réduction des émissions, de leurs avantages pour un air plus sain, de la santé et des emplois liés aux nouvelles énergies », a-t-il ajouté. « Nous devrions taxer le carbone, pas les personnes. Nous savons que les subventions aux combustibles fossiles sont injustes lorsque des solutions de remplacement non polluantes sont actuellement disponibles. Pour effectuer une transition aussi importante, nous aurons besoin de tous les outils à notre disposition. Cependant, les compensations, si elles sont examinées et appliquées avec clarté, peuvent aider la transition là où des changements soudains et radicaux pourraient nous faire reculer davantage. »

Le sommet Action Climat de l'ONU aura lieu à New York le 23 septembre 2019. Son but est de relever le niveau des ambitions, d'accélérer les actions relatives à l'urgence climatique mondiale et de soutenir la mise en œuvre rapide de l'accord de Paris sur les changements climatiques. Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, est l'hôte du Sommet Action Climat de l'ONU 2019.

Cet article, publié pour la première fois le 10 juin 2019, a été revu le 12 juin 2019 afin de clarifier la position des experts cités dans le présent article.

Pour plus d'informations, veuillez contacter Niklas Hagelberg

Pour toutes questions des médias, veuillez contacter unenvironment-newsdesk[at]un.org

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Développement Durable

Plus de: UNEP

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.