Congo-Kinshasa: [Dossier "Diamant du Sankuru"] Cour de Cassation - Enfin, Flory Kabange prête l'oreille aux mouvements citoyens !

Le dossier du "vrai ou faux diamant du Sankuru" n'a pas été jeté aux oubliettes. Par contre, il demeure préoccupant aussi bien pour les professionnels du droit que pour l'opinion nationale.

Hier, les mouvements citoyens membres de la méga structure "FARDC", entendez la Force Agissante pour le Renouvellement des Dirigeants Congolais, a été face au Procureur général près la Cour de Cassation pour l'ouverture de la procédure judiciaire qui concourra à plus de lumière quant à ce dossier d'intérêt général.

«Pour la première étape, c'est cette ouverture du dossier qui va se poursuivre en menant des enquêtes appropriées. Les congolais doivent jouir équitablement des richesses du pays et non un groupe de compatriotes. Nous avons recommandé au Procureur général une contre expertise pour nous assurer réellement que le travail fait par le Centre d'Expertise, d'Evaluation et de Certification des substances minérales précieuses et semi-précieuses est un bon travail.

Parce qu'au Sankuru, il existe des services du CEEC qui avaient certifié ce diamant. Nous voulons comprendre ce théâtre», a déclaré, au sortir de l'audience avec le Procureur, le Coordonateur de ces mouvements citoyens, M. Fred Tshinanu. Et de renchérir en martelant : « Nous avons recommandé que M. Lambert Mende soit entendu quant à ce dossier. Nous allons garder un œil vigilant sur cette affaire ; parce que d'abord notre pays a un budget modique ; et que de ce fait, il est inacceptable que les richesses du pays puissent continuellement échapper au trésor public. Nous sommes pour le renouvellement des dirigeants congolais. Au besoin, nous-mêmes sommes prêts à nous proposer au peuple congolais afin d'assurer le changement pour lequel nous avons combattu jusqu'au point de perdre des vies humaines dont certains de nos amis tombés sur le front ».

Procédure ouverte

Fred Tshinanu précise, tout compte fait, que le contact d'hier avec le Procureur général près la Cour de Cassation explique le début du processus qui vient de commencer, en vue d'éclairer la lanterne de l'opinion sur ce diamant dit faux pour certains observateurs et vrais pour d'autres.

Car, souligne-t-il, ce diamant s'il en est un, fait partie des richesses du pays qui ne doivent nullement se volatiliser, mieux échapper au trésor public. A l'en croire, les mouvements citoyens membres de la FARDC ne vont pas lâcher prise jusqu'à ce que justice soit faite. «En tant que peuple congolais, nous allons suivre de près cette situation. La Constitution nous le permet. C'est sur base de l'article 58 qui veut que tout congolais puisse jouir des richesses de ce pays et que le gouvernement puisse assurer équitablement la redistribution de ces richesses», admoneste-t-il décidément.

Pour rappel, c'est en date du mercredi 29 mai dernier qu'un mémorandum a été adressé à l'endroit du Procureur général près la Cour de Cassation, Flory Kabange, en vue de l'ouverture d'une enquête judiciaire qui vient pratiquement d'être amorcée à partir du rendez-vous d'hier. Il est question, en tout état de cause, d'une alerte générale contre les détournements des richesses de la RD. Congo, soient-elles du sol comme du sous-sol.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.