Congo-Brazzaville: Droits humains - Encore plus d'efforts dans la protection des enfants au Congo

L'analyse de la situation des enfants et adolescents dans le pays, présentée le 13 juin à Brazzaville, met en relief les avancées réalisées concernant la protection de leurs droits tout en soulignant que plus d'un million d'entre eux souffrent d'au moins trois formes de privations.

L'analyse de la situation des enfants et adolescents a été faite suivant l'approche dite « par cycle de vie ». Elle relève des vulnérabilités spécifiques à chaque tranche d'âge, notamment de zéro à 5 ans, de 5 à 11 ans jusqu'à 18 ans. L'objectif étant de déterminer la nature et l'ampleur des privations subies par les enfants en matière de santé, de nutrition, de l'éducation, de la protection et de plusieurs autres services sociaux de base.

Selon l'étude menée, ces privations sont imputables, entre autres, à la faible mise en œuvre des politiques sectorielles, à l'insuffisance de budget pour la mise en œuvre des politiques sociales inclusives, l'inégale répartition des infrastructures, la sensibilisation limitée aux droits de l'enfant...

« Cette analyse contribue à apporter des réponses utiles pour appuyer le gouvernement dans la mise en œuvre des politiques publiques visant la réalisation des Objectifs de développement durable, conformément à la promesse de ne laisser aucun enfant de côté et d'aider en premier les plus vulnérables », a indiqué la représentante de l'Unicef, Micaela Marques de Sousa. La diplomate onusienne a néanmoins reconnu les efforts consentis par le pays, s'agissant du taux d'enfants ayant accès à l'éducation, à la santé, grâce notamment à certaines gratuités, à la protection contre toutes les formes de violences... Micaela Marques de Sousa a également souligné le fait que la valorisation du capital humain est au centre des priorités du Plan national de développement 2018-2019.

Les Nations unies disposées à accompagner le Congo

Dans le but de renforcer les mesures de protection des droits de l'enfant au Congo, le système des Nations unies s'est disposé à accompagner le pays en proposant la mise en place de paquets de services adaptés aux différentes phases de l'enfance et de l'adolescence. « L'équipe pays des Nations unies ne ménagera aucun effort pour accompagner le gouvernement sur la voie de l'accélération de l'atteinte des Objectifs de développement durable en vue d'améliorer les conditions de vie de la population, en particulier les plus vulnérables y compris nos enfants », a rassuré la coordonnatrice du système des Nations unies au Congo, Suze Percy Filipini.

Recevant le document final de l'analyse de la situation des enfants et des adolescents au Congo, le Premier ministre, Clément Mouamba, a renouvelé la volonté du gouvernement de travailler résolument en vue d'assurer un meilleur avenir au pays à travers le capital humain. « Je suis convaincu que les planificateurs nationaux sauront prendre en compte l'analyse et la perspective du cycle de vie et les recommandations issues de ce rapport pour faire avancer l'accès aux services sociaux ainsi que la qualité des services offerts par l'adaptation de ces services à l'âge des ayants-droit. Ceci ne peut qu'enrichir l'impact des orientations stratégiques du Plan national de développement », a fait savoir le chef du gouvernement.

Notons que cette étude a été présentée dans le cadre de la célébration de la Journée de l'enfant africain, le 16 juin de chaque année. Plusieurs activités sont donc prévues au cours de la semaine jusqu'à cette date.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.