Cameroun: Situation socio-politique - L'UE salue les initiatives du gouvernement

C'est l'un des constats au sortir de la première session ordinaire annuelle du dialogue politique structuré Cameroun-Union européenne, tenue hier au Minrex.

La première session ordinaire annuelle du dialogue politique structuré Cameroun-Union européenne pour l'année 2019 s'est tenue hier à la salle des Actes du ministère des Relations extérieures (Minrex). Ce cadre formel de discussions et d'échanges entre partenaires vise à améliorer et approfondir les relations qui unissent les deux entités.

La cérémonie coprésidée hier par Adoum Gargoum, ministre délégué auprès du ministre des Relations extérieures (Minrex) chargé de la Coopération avec le Monde islamique, et Hans-Peter Schadek, ambassadeur, chef de la délégation de l'Union européenne au Cameroun a permis de faire le tour de quelques questions d'actualité.

Dans son propos liminaire, le représentant du gouvernement camerounais a rappelé le contexte marqué par plusieurs événements. Entre autres, le climat socio-politique préoccupant au Cameroun ; les manifestations dans les ambassades du Cameroun le 26 janvier 2019 qui ont abouti à la destruction des locaux en France et en Allemagne ; l'adoption par le Parlement européen de la résolution sur la situation au Cameroun ; la visite de travail du Premier ministre dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest ; le Conseil des ministres Afrique Caraïbes Pacifique (ACP) et ACP-UE en mai dernier, ainsi que les élections européennes du 26 mai dernier.

Au regard de cela, le chef de la délégation de l'UE a rappelé « l'engagement continu de l'Union européenne dans la lutte contre le terrorisme au Sahel et dans la région du Lac Tchad », et a reconnu « l'engagement et le sacrifice des forces de sécurité came rounaises dans ce combat».

De même, avec la situation dans le Nord-Ouest et le SudOuest. « Nous saluons les initiatives tout récemment prises par le président de la République en vue d'ouvrir un dialogue véritable et constructif qui permettra une sortie durable et non-violente de la crise, tout en préservant l'unité nationale », a-t-il ajouté.

Pour la première fois, le président de la Commission natio nale pour la promotion du bilinguisme et du multiculturalisme, Peter Mafany Musonge, ainsi que le coordonnateur du Comité national de désarmement, de démobilisation et de réintégration, Faï Yengo Francis, ont pris part à ces travaux. Côté Union européenne, deux émissaires sont venus de Bruxelles.

Il s'agit de Gerardus Gielen, en charge de la région Afrique centrale au sein du service Européen d'action ex térieure, et de Francesca Di Mauro, directrice en charge de l'Afrique centrale et australe à la direction générale de développement de la Commission européenne.

Cette rencontre obéit aux dispositions de l'article 8 de l'Accord de Cotonou du 23 juin 2000, qui donnent aux deux parties d'échanger sur des sujets aussi variés et relatifs à la gouvernance économique, l'État de droit et des droits de l'Homme.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.