Congo-Kinshasa: L'Ituri craint une nouvelle flambée de violences communautaires

Les récentes violences dans la province de l'Ituri font redouter un retour des affrontements communautaire entre Hemas et Lendus. Entre 1999 et 2003, cette région avait déjà été endeuillée par ce type de conflit.

Depuis lundi, près de 60 personnes ont été tuées, suite à l'assassinat de quatre membres de la communauté lendu. Plusieurs sources indiquent que l'élément déclencheur de cette violence a été l'assassinat, par des personnes non encore identifiées, de quatre commerçants lendus dans le village de Kobu, en territoire de Djugu, à près de 75 kilomètres au nord-est de la ville de Bunia.

Pour venger les leurs, certains jeunes de la communauté lendu auraient ensuite assassiné deux Hemas dans la cité minière de Mungwalu, dans le même territoire.

Le calme avant la conférence de paix

Cette situation, qui est prise au sérieux par les analystes politiques de la région, risque de plonger cette partie de la République démocratique du Congo (RDC) dans un conflit qui pourrait embraser la région comme ce fut le cas en 1999.

Pour mettre fin à cette situation, le chef de l'Etat Félix Tshisekedi a demandé au gouverneur de la province de l'Ituri, Jean Bamanisa Saidi, d'organiser une conférence de paix en Ituri. Mais ce dernier a déclaré que cette conférence ne sera possible qu'une fois le calme rétabli : "Dans trois à quatre mois, nous devrons l'avoir organisé, à condition que nous puissions d'abord réussir à ramener le calme. Il nous a été confié la mission d'organiser cette conférence afin de prouver qu'on peut retrouver la paix dans le territoire de Djugu et dans tout l'Ituri, sans les armes."

Concernant l'identité des assaillants, le chargé de communication du chef d'état-major général adjoint, le major Jerry Gbelo, accuse le chef milicien Matthieu Ngudjolo, dont les hommes sont présents dans la région.

"Ces exactions sont l'œuvre d'un certain monsieur Ngudjolo. Avec son groupe armé, il sème la terreur et la désolation dans le territoire de Djugu et Mahagi. Les forces armées de la République démocratique du Congo appellent la population au calme, à la vigilance, à la cohésion et à l'unité en vue de restaurer l'autorité de l'Etat pour la paix, facteur indispensable du développement."

Contacté, le chef milicien Matthieu Ngudjolo Chui, n'a pas souhaité réagir aux accusations du major Jerry Gbelo.

Appel des jeunes

Face aux accusations, qui visent aussi les jeunes des communautés hemas et lendus, l'association des jeunes originaires de l'Ituri a également appelé au calme. Vérité Lebabo est le porte-parole de cette association : "Unissons tous ensemble nos forces, nos stratégies, nos intelligences et nos sagesses pour empêcher que l'Ituri revive une situation semblable aux années 1999-2003."

Pour rendre hommage aux familles des victimes, la communauté hema a appelé les habitants de Bunia, chef-lieu de la province de l'Ituri, à observer, à partir du 11 juin trois jours de deuil. Cet appel a été suivi par les commerçants, majoritairement venus de la province voisine du Nord-Kivu, qui redoutent le pillage de leurs biens.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.