Cote d'Ivoire: Conseil des ministres / Face aux propos du président du PDCI, Sidi Tiémoko Touré (gouvernement) - "Il y a une ligne rouge à ne pas franchir"

Le gouvernement ivoirien s'insurge contre les propos tenus le 5 juin dernier à Daoukro par Henri Konan Bédié. Selon le porteparole du gouvernement, le chef de l'Etat s'est prononcé sur ce sujet en conseil des ministres. « Le président de la République, Alassane Ouattara, a fait une déclaration solennelle relativement à la déclaration maladroite et inopportune de l'ancien président Henri Konan Bédié.

Cette déclaration a pour objectif de prendre les Ivoiriens à témoin », a-til déclaré. C'était, hier, au cours de la conférence de presse post-conseil des ministres présidé par Alassane Ouattara. Les politiques, a souligné Sidi Tiémoko Touré, devraient avoir de la mesure dans leurs propos et attitudes vu la sensibilité du contexte de cohésion nationale et de vivreensemble. « A cet effet, il faut qu'il y ait une ligne rouge à ne pas franchir dans les propos des uns et des autres. Nonobstant les appétits politiques et les intérêts égoïstes des uns et des autres, nous appelons les acteurs politiques et la communauté nationale à préserver le minimum, c'est-à-dire la cohésion sociale et le vivre-ensemble tels que prônés par le président Félix Houphouët-Boigny et opérationnalisés dans le programme du gouvernement par le président Alassane Ouattara et le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly », a-t-il invité.

Avant d'exhorter les acteurs politiques nationaux et les leaders d'opinion à œuvrer pour la cohésion sociale et la solidarité entre les différentes communautés nationales. A en croire le porteparole du gouvernement, ces propos "n'honorent pas" son auteur et appellent, a-t-il insisté, à la dislocation du tissu social et la cohésion qui existent en Côte d'Ivoire. A la question de savoir si le président du Parti Démocratique de Côte d'Ivoire sera poursuivi, le ministre de la Communication et des Médias a été bref : « Nul n'est au-dessus de la loi ». Non sans ajouter : « C'est un appel pressant qui est lancé à son auteur et à tous ceux qui voudraient suivre cette voie afin de leur faire comprendre qu'en Côte d'Ivoire nul n'est au-dessus de la loi quel que soit son statut. Tout le monde peut s'attendre à répondre devant la loi au vu des règles qui régissent le bon vivreensemble communautaire. Autant nous avons été choqués, autant le chef de l'Etat à lui-même été choqué.

C'est un appel du cœur qu'il a lancé à tous les concitoyens ». Sur le fonds des propos du patron du parti doyen, Sidi Touré a confié qu'Henri Konan Bédié a enfoncé une porte déjà ouverte par le gouvernement en matière d'orpaillage clandestin. A cet effet, il a rappelé qu'une brigade de répression a été mise en place. « Cette brigade est opérationnelle depuis décembre 2018 déjà. Elle a fait un point de l'avancement des travaux, mais surtout des réquisitions qui sont en cours. Pour nous ce n'est pas un élément nouveau », a-t-il martelé. Et d'adjoindre : « Il en est de même pour la problématique de la fraude sur l'identité. Ce n'est pas exclusif à notre pays. Il y a des éléments qui apparaissent çà et là, mais que nous arrivons à juguler dans le travail quotidien de l'Etat. C'est d'ailleurs, ce qui justifie entre autres le fait que l'Etat de Côte d'Ivoire se soit engagé dans la mise en place d'un registre national d'identification des personnes physiques (RNPP) ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Patriote

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.